Gérard Lagache est polyculteur-éleveur. Bertrand Godebout, arboriculteur. Clarisse Benesteau, viticultrice. Nicolas Marquet, éleveur allaitant. Tous sont membres de l'Association de sauvegarde de l'espace rural (Aser), créée en 1995 pour animer et promouvoir leur canton de Seiches-sur-le-Loir, dans le Maine-et-Loire.

A ce titre, ils ont accueilli le 26 juin le festival de théâtre Fermes en scène. «C'est la quatrième année consécutive que nous nous engageons. Nous aimons l'originalité de cette manifestation, qui va de ferme en ferme pour présenter une création de la compagnie professionnelle Patrick-Cosnet. Mais, en première partie, il laisse la scène disponible pour les formations locales, qu'elles soient de danse, de théâtre, de chant...».

Un banquet sous les pommiers

Les agriculteurs de l'Aser ont désormais l'expérience pour eux. Chaque année, ils reçoivent en moyenne 250 personnes. «Nous avons revu certaines choses. Au départ, par exemple, les animations commençaient dès le début de l'après-midi. Mais nous avions peu de monde.»

Cette année, la soirée a démarré à 19 heures «par un repas champêtre à base uniquement de produits fermiers locaux, y compris le vin», précise Clarisse Benesteau, responsable de son élaboration.

Limité à 280 convives, le banquet s'est déroulé sur l'exploitation de Bertrand Godebout, en plein air, sous les pommiers. Pour les plus curieux, intrigués par le nombre impressionnant de nichoirs placés aux abords du verger, c'était l'occasion de découvrir les techniques de lutte biologique contre le carpocapse.

«Avec l'irrégularité des rendements, très forte depuis 2001, ce papillon de nuit – dont le ver se loge dans les pommes – est l'autre de mes soucis... mais je trouve quand même le temps de m'amuser», observe l'arboriculteur. Il en a eu l'occasion le 26 juin, en jouant en première partie de Patrick Cosnet avec sa troupe de théâtre amateur.

Ouverture et diversité du monde rural

Cette année, la scène était installée dans la stabulation toute neuve de Nicolas Marquet. «Ici, nous avions la puissance électrique nécessaire et l'endroit permettait de mettre le plateau et les spectateurs à l'abri d'éventuelles pluies», observe Gérard Lagache.

A presque 23 heures, c'est sous la chaleur des éclairages que Patrick Cosnet est entré sur scène. Pour jouer Samedi en huit et évoquer, au travers d'un mariage, la campagne des années 70. A minuit passé, le pari engagé par sa compagnie et les bénévoles de l'Aser de rassembler le monde rural était à nouveau gagné.

Preuve d'une conscience collective dont Clarisse Benesteau résume l'enjeu: «Nos productions sont toutes différentes. Chacune est un monde en soi, un monde à part. Il est important de rester ouvert à toutes les composantes du milieu rural et de participer à son dynamisme.»

Organisation pragmatique

80 bénévoles

Cette soirée a mobilisé 80 bénévoles. L'Aser prend en charge les aspects matériels liés à l'accueil (tables, chaises, parkings, etc.), organise la restauration et gère les réservations et la billetterie. Avant la représentation, deux agriculteurs vont, en tracteur, chercher la scène itinérante à l'étape précédente. Le lendemain, ils la conduisent à la destination suivante. La compagnie Patrick-Cosnet reverse à l'Aser 1 euro par entrée.

Le festival

L'édition 2009 de Fermes en scène propose dix spectacles différents, en vingt-quatre représentations. Elle a commencé en Mayenne et s'achèvera le 19 septembre à La Dominelais (Ille-et-Vilaine). Pour connaître le calendrier des neuf dernières dates, naviguez sur le site www.compagniepatrickcosnet.com . Afin d'accueillir ce festival l'an prochain, contactez Yannick Brousse, régisseur général de la compagnie Patrick Cosnet (tél. : 06 81 38 45 01).

par Anne Mabire (publié le 7 août 2009)