L’année 2018 tranche avec les deux précédentes, où la demande chinoise avait soutenu les cours européens jusqu’à l’été 2017. L’empire du Milieu a nettement réduit ses achats au premier semestre 2018, tandis que la production européenne de porc augmentait de 3 % sur la même période. Toutefois, les envois progressent vers la Corée et le Japon. De janvier à août, les exportations européennes de viande de porc ont progressé de 1,3 % par rapport à 2017.

En France, les abattages sont en hausse de 2 % sur les huit premiers mois de l’année par rapport à 2017, alors que le cheptel de truies reste stable. Les exportations sont en hausse de 7,8 % sur la même période, pour l’essentiel vers les pays de l’Union européenne, notamment l’Italie.

La consommation des ménages (hors restauration hors foyer) est en berne. En octobre 2018 par rapport à 2017, elle recule en volume de 8,5 % pour le porc frais, et de 6,2 % pour la charcuterie.

Le prix du porc a connu de moindres variations en 2018. Seule une sensible embellie a été observée en fin d’été. En parallèle, la hausse des prix de l’aliment a mis à mal la rentabilité des élevages. Les cours devraient rester stables sur le premier semestre de 2019.

Votre analyse marché - Porcs

Cours reconduit

Le prix de base du porc s’est établi à 1,345 €/kg ce lundi 26 juillet 2021, au Marché du porc breton (MPB) de Plérin, dans les Côtes-d’Armor.