Située au coeur du Charolais, Ponge est spécialisé dans le matériel d'élevage et fabrique des bétaillères, des plateaux à fourrages et des couloirs de contention. Il propose une large gamme de herses de prairie. L'EP entre dans la catégorie des émousseuses avec trois largeurs au catalogue : 5, 6 et 7,20 m. Nous avons testé la version de 6 m.

La Ponge EP 60en images et en vidéo

FICHE TECHNIQUE

• Largeur de travail : 6 m• Vitesse moyenne : 14 km/h• Prise hydraulique : 1 DE• Type de sécurité : à ressorts en compression (rabots) et traction (herse étrille)

Première impression

Cette machine a une allure de déchaumeur superficiel avec une herse étrille à l'arrière. Une fois attelée au tracteur, elle impressionne par son poids (1.200 kg), ainsi que par sa hauteur qui dépasse largement la cabine. Un tracteur de 90 ch au minimum est conseillé pour travailler avec ce modèle.

Attelage et structure

L'attelage en catégorie 2 de la EP se fait en chape. Il est fixé au châssis principal composé de tubes carrés mécanosoudés de 80 mm. A l'arrière vient se fixer une herse étrille montée sur parallélogrammes.

L'élément central mesure 2,50 m de largeur tandis que les éléments latéraux mesurent 1,75 m chacun. La largeur au transport ne dépasse pas 2,50 m. Au travail, le troisième point prend place dans une grande lumière.

Pièces travaillantes

Au travail, les 1.200 kg de la EP sont déployés sur les quatre skis. Les 15 rabots d'une quarantaine de centimètres, répartis sur deux rangées et montés en quinconce, nivellent le sol et étendent les taupinières.

Les rabots sont suivis d'une herse étrille composée de trois rangées de doubles dents. Elles sont solidement et individuellement fixées par une bride qui enroule la poutre du cadre métallique et serrées avec un seul écrou.

La herse est montée sur des biellettes formant un parallélogramme. Les dents de 8 mm de diamètre émoussent la surface du sol et arrachent les herbes mortes. L'espacement entre chaque dent est inférieur à 5 cm.

Sécurités

Les rabots travaillent en trois dimensions grâce à une sécurité à deux ressorts hélicoïdaux. Leur tension est tarée d'usine via un écrou muni d'une cloche qui maintient le ressort en position verticale.

Derrière le support du rabot, un fer plat soudé au châssis le protège de l'usure liée aux frottements répétitifs. Le constructeur recommande d'ailleurs de bien graisser cette partie. A l'arrière, la herse étrille reste au contact du sol grâce à des ressorts de traction qui amortissent les mouvements des parallélogrammes.

Dommage que leur tension ne soit pas réglable. Les doubles dents de la herse sont souples et dotées de trois spires. Pour garantir un bon suivi du sol, les chevilles des vérins de repliage sont fixées dans des lumières, tout comme le troisième point.

Réglages

Une fois arrivé dans la parcelle, il est primordial de déplacer le troisième point du trou lisse (position transport) à la grande lumière. La cheville doit être au centre de la lumière lorsque la herse de prairie est posée au sol. Une fois cette opération réalisée, l' EP est opérationnelle.

Avec le relevage en position flottante, la herse glisse sur ses skis. Dans les parties encore humides lors de l'essai, ceux-ci ont laissé des traces de 2-3 cm de profondeur.

Remisage

Le repliage de la EP 60 fait appel à deux vérins nécessitant un distributeur double effet. Pour des raisons de sécurité, Ponge conseille de tendre une sangle (fournie) entre les deux parties repliées pour le transport et le remisage.

La herse repose sur ses pièces travaillantes. Les ressorts des rabots subissent une compression durant toute la période de remisage.

Entretien

Les 24 articulations des paraléllogrammes nécessitent d'être graissées plusieurs fois durant la campagne. Un seul graissage avant de débuter les travaux dans les champs est conseillé sur les articulations des vérins de repliage.

Points fortsPoints faibles

• Aucun réglage.

• Sécurité intégralement à ressorts.

• Vitesse d'avancement.

• Poids.

• Sangle pour remisage.

• Nombreux graisseurs.

Des sillons discrets

Le travail de la Ponge EP 60 ressemble à celui de sa grande soeur HPPE 60 DV. Les rabots ont travaillé, éliminant les aspérités des taupinières et des bouses. Ils ont même décollé quelques mottes.

Les dents de herse étrille laissent de discrets sillons profonds de 1 cm et effectuent un émoussage partiel. Ils débarrassent les touffes d'une quantité d'herbes sèches proche de la moyenne de l'essai.

De conception voisine de son aînée, la EP 60 marque aussi le sol gras de la bande d'essai par la trace de ses skis. Sur une largeur de 10 cm, le sol est creusé jusqu'à 3 cm de profondeur lorsque l'outil travaille en dévers. Le nivellement est correct.

Sébastien Chopin, Henri étignard, Corinne Le Gall et Nicolas Levillain (publié le 18 mai 2012)