Ensilages, arrachages et, dans certains secteurs, battage du maïs ont été ralentis par la météo. Une fois de plus, la problématique était d'entrer à tout prix dans le champ pour en sortir la récolte et ne pas trop pénaliser la culture suivante. La victime collatérale de ces conditions reste le sol, qui a subi un fort matraquage et aura souvent du mal à s'en remettre.

Pour les agriculteurs qui usent du semis direct, le bénéfice de plusieurs années de pratique peut s'avérer perdu par la nécessité de retravailler le sol en profondeur afin de limiter les dégâts. Après un tel automne, les agriculteurs concernés cherchent des solutions pour réduire le matraquage lors de la prochaine campagne.

La voie d'évolution la plus prometteuse est celle des pneumatiques, souvent pointés du doigt dans les problèmes de tassement des sols. En concurrence de plus en plus exacerbée avec les chenilles, les manufacturiers font plancher leurs équipes de R&D pour mettre au point des pneumatiques dont les caractéristiques permettent de passer dans toutes les conditions, tout en préservant le sol.

Nous avons comparé l'effet sur le sol de l'un de ces nouveaux pneus IF et d'une chenille sur l'engin le plus lourd amené à entrer dans un champ : une arracheuse intégrale chargée. Avantage à la chenille, pour le moment.

Lire les articles suivants : 

Sébastien Chopin et Corinne Le Gall (publié le 10 janvier 2013)