L’évolution des surfaces de maïs grain par rapport à l’an dernier est très variable selon les régions. Ainsi, la Nouvelle-Aquitaine, qui cumule près de 30 % de la surface nationale, perd 40 000 ha pour s’établir à 405 000 ha, tandis que la région Pays de la Loire enregistre une augmentation de 16 000 ha. Globalement, la surface se stabilise à 1,37 Mha (dont 515 000 ha irrigués), contre 1,76 Mha en 2013 et 2014.

Après deux années un peu décevantes, les rendements progressent dans la plupart des régions, pour une moyenne qui atteindrait 94 q/ha. La production globale, sans doute proche de 13 Mt, progresse de 2,5 Mt par rapport à celle de 2016 mais reste inférieure au record de 18 Mt en 2014.

Malgré cela, la production européenne (y compris en maïs semence) serait en recul de 2 Mt, avec environ 58,7 Mt, en raison principalement d’une forte chute de la récolte hongroise. Les utilisations en alimentation animale sont toutefois prévues en forte hausse, à 55,3 Mt, au détriment du blé, ce qui se traduirait par une augmentation des importations à plus de 15 Mt (+ 1,5 Mt).

Avec des récoltes en baisse dans la plupart des pays, la production mondiale, de l’ordre de 1 040 Mt, serait en recul de 30 à 35 Mt après le record de l’an dernier. En revanche, la consommation mondiale reste soutenue et augmenterait sensiblement à 1 067 Mt, contre 1 054 Mt l’an dernier et 975 Mt en 2015-2016. Le stock mondial de fin de campagne (204 Mt) s’allégerait ainsi de quelque 20 à 25 Mt par rapport à 2016-2017 et retrouverait son niveau du début de la décennie.

© Christian Watier
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Les céréales en hausse sur Euronext dans un marché incertain

Les prix du blé et du maïs étaient en hausse ce lundi 24 janvier 2022 après-midi sur le marché européen, dans un contexte d’incertitudes lié aux tensions à la frontière russo-ukrainienne et de craintes quant aux approvisionnements.