Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier L’usure irrégulière comme témoin

réservé aux abonnés

 - -->
Si l’usure des barettes est trop rapide ou pas uniforme, elle est anormale.

Comprendre et régler un problème d’usure prématurée évite qu’il se renouvelle sur le train suivant.

Si l’usure d’un pneumatique est inévitable, il existe des facteurs qui l’accélèrent et augmentent la consommation de carburant. Ainsi, avant de changer de monte, déterminer les causes d’une dégradation prématurée permet­ de régler le problème. Sur les tracteurs, on distingue quelques ennuis récurrents. À commencer par les soucis d’ordre mécanique, que l’on rencontre parfois sur sa voiture, comme un défaut de parallélisme sur l’essieu avant, où les pneumatiques sont trop pincés ou ouverts. Il en résulte une usure symétrique prononcée entre les deux roues, sur les barrettes d’un des flancs. Cela est également causé par un défaut de carrossage.

La route nécessiteune attention particulière

Le revêtement abrasif de l’asphalte accélère la dégradation de la gomme. Certains paramètres sont à surveiller avec une grande attention.

L’utilisation excessive du pont avant sur la route provoque, par exemple, des dommages­ réguliers à l’avant. À l’inverse, ceux-ci apparaissent irréguliers (en biseau ou ripage) à l’arrière. Ce problème est notamment à l’origine de vibrations en cabine.

En outre, une charge trop importante ou une pression trop faible lors de la conduite sont responsables d’une usure accélérée du train arrière. Le chauffeur doit tenir compte de la capacité maximale du pneumatique pour s’adapter à celle à tracter. Une trop forte pression, quant à elle, ronge le centre des crampons­, puisque la roue est bombée.

Toujours sur la route, le dévers vers le fossé entraîne parfois une usure localisée à l’extérieur du pneu droit et à l’intérieur du gauche. Celle-ci est d’autant plus grave que la pression est trop faible ou inégale. Si le tracteur est très utilisé au transport, un réglage de la direction compense ce phénomène de glissement.

La faute à l’outil

Avec une remorque ou un outil traîné, un mauvais alignement de l’essieu engendre une poussée dans la direction opposée à celle du tracteur. Il en résulte des traces de ripage et des stries sur les pneus de l’engin et du tracteur.

Une trop forte charge à la traction détériore le train arrière sur les extérieurs des crampons. © Bridgestone
Une pression trop importante entraîne une dégradationdes crampons au centre. © Bridgestone
Une solution pourles réparations d’urgence

Sur un pneumatique qui présente un flanc perforé accidentellement, la réparation à chaud est la seule solution pour garantir sa durée de vie. Ce type d’intervention nécessite un équipement spécifique et un savoir-faire pour chauffer correctement la gomme sans l’endommager. Elle doit donc être réalisée dans un atelier spécialisé.

Des réfections à froid, plus économiques, plus rapides, mais également plus précaires, peuvent être effectuées à la ferme avec des kits vendus par certains concessionnaires. Pour les perforations sur la bande de roulement, notamment pour les pneumatiques de remorque, il est possible d’utiliser un gel de type Linseal, qui dépose une couche étanche de caoutchouc sur la face interne. Cette solution permet aussi de colmater rapidement une fuite de perforation survenue au champ et de revenir jusqu’à l’exploitation.

Selon son concepteur, le gel Linseal colmate la perforation et évite les dommages ultérieurs. © C. Le Gall
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !