«Depuis la fermeture du lycée, à partir du 16 mars, il a fallu se réorganiser. L’activité de la ferme et celle de nos ateliers annexes ont été fortement perturbées », indique Franck Roussier, directeur du lycée agricole privé Étienne Gautier, situé à Ressins (commune de Nandax), dans la Loire.

Dans un premier temps, le lycée a mobilisé, sur la base du volontariat, enseignants, personnels de vie scolaire, administratifs et techniques pour aider leurs collègues travaillant à la ferme, à l’atelier de transformation ou au magasin de vente. Une vingtaine de volontaires se sont engagés à leurs côtés, week-end compris. « On s’est ensuite organisé différemment compte tenu de la durée du confinement et des exigences sanitaires », poursuit le directeur. Huit personnes sont affectées aux ateliers de production animale (bovin, caprin, ovin, porcin, équin) avec six présents et deux en repos chaque jour. « Nous avons mis en place une rotation comme à l’hôpital, à savoir cinq jours travaillés et deux jours de repos en faisant abstraction des week-ends. »

Si l’atelier de transformation a un peu réduit son activité en raison de la fermeture provisoire de leur société de restauration partenaire, celle du magasin a augmenté. Il est désormais ouvert six jours sur sept, « afin de répondre aux besoins du territoire ».

Des livraisons à domicile

Cinq personnes respectant les mesures barrières y sont affectées. « Pour aider les personnes confinées ou sans mobilité possible, nous organisons aussi quotidiennement des livraisons de produits frais issus de notre exploitation et de celles d’agriculteurs voisins, associés dans le magasin, à domicile ou sur des points de collecte dédiés », explique le directeur.

Quant aux professeurs, ils assurent la continuité pédagogique à distance.

Camille Penet

(1) Conseil national de l’enseignement agricole privé