Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier Les spécialités à l’essai

réservé aux abonnés

 - -->
Cette année, la septoriose a fait assez peu de dégâts dans les essais et ce d’autant plus que les tests d’Arvalis ont eu lieu sur des variétés plutôt sensibles. © Sébastien Champion

La faible pression maladies n’a pas permis d’observer de fortes disparités entre les modalités en 2020.

Cette année encore, Arvalis a mis en place des essais dans le but de comparer les différentes solutions (voir l’infographie p. 55) vis-à-vis de la septoriose au T1, c’est-à-dire au stade 2 nœuds, suivi d’une protection avec Elatus Era à 0,75 l/ha au T2 (dernière feuille étalée). Les spécialités de ce deuxième traitement ont aussi été comparées mais sans être précédées d’une première intervention. Le choix des doses a, par ailleurs, été raisonné en fonction des prix, afin d’établir des comparaisons sur la base d’un même coût par hectare : de moins de 30 € pour les T1 et d’environ 45 € pour le T2. « Malgré le choix de travailler avec des variétés sensibles, en 2020, il y a eu trop peu de maladies pour différencier les produits entre eux, informe d’emblée Jean-Yves Maufras, d’Arvalis. La plupart des essais ont donc été non significatifs en efficacité, comme en rendement. »

Quand le T1 était nécessaire, les travaux ont montré que toutes les associations étaient équivalentes. Il était ainsi possible d’employer Juventus 0,5 l (metconazole) associé à 600 g de folpel (Sesto) ou folpel + soufre, par exemple. Mais le gain le plus élevé est revenu à l’association de phosphonate de potassium (DSPF016) + soufre (DSPF011).

Sur T2, 0,6 l de Revystar XL (mefentrifluconazole + fluxapyroxad), soit la dose la plus faible, restait suffisant. Cela a été équivalent à Elatus Era (benzovindiflupyr + prothioconazole) 0,7/0,75 l, à Librax (metconazole + fluxapyroxad) 0,9/1 l et à Kardix (prothioconazole + bixafen + fluopyram) 0,9 l. « LE 846 (adjuvant) n’améliore pas davantage l’efficacité lorsqu’il est associé à la dose de 0,6 l/ha de Revystar XL », complète Arvalis.

Nouveau mode d’action intéressant

Questar (lire l’encadré ci-dessous) a comme principal intérêt de présenter un nouveau mode d’action qu’il faudra associer. Avec un niveau de performance équivalent aux références, le mettre en programme avec Elatus Plus, un SDHI, permet d’avoir une proposition en T2 sans triazole. Or, cette famille exerce une pression de sélection sur les souches de septoriose.

Côté projets attendus pour 2022-2023, APN04 (Syngenta), qui sera composé d’un nouveau SDHI, l’adepidyn, et de prothioconazole, a montré d’excellents résultats. Quant à Pavecto 60 (métyltétrapole) de Philagro, il appartient à la famille des QoI mais se « différencie des strobilurines (qui n’ont plus d’activité sur septoriose) par sa structure chimique et donc sur le plan de la résistance ». Dans les tests, son efficacité comme son rendement ont été supérieurs à la référence Elatus Era 0,75 l.

Cela n’a pas non plus été une grosse année pour la rouille brune. Dans les essais retenus par l’institut, les efficacités sont autour 95 à 100 %, sauf pour le Kardix 0,8 l + Twist 500 SC 0,16 (trifloxystrobine) qui décroche un peu. « Questar ressort plus comme un produit septoriose que rouille brune, analyse Jean-Yves Maufras. Toutefois, un projet à base d’Inatreq et de prothioconazole (GF3307) est attendu pour 2021-2022 et se montre très performant sur les deux maladies. » Malgré de bons niveaux de rendement et d’efficacité, l’adepidyn n’arrive pas à égaler Elatus Era 0,75 l sur rouille brune et reste une molécule plus adaptée à la septoriose. « Le Pavecto est insuffisant sur rouille brune, ce qui confirme que ce n’est pas une strobilurine. »

Tébuconazole sur la sellette­

Concernant les essais sur fusarioses, les résultats montrent que la référence Prosaro (prothioconazole + tébuconazole) atteint tout juste 30 % d’efficacité sur Microdochium spp. et 40 % sur Fusarium graminearum. Ajouter l’adjuvant LE 846 a toutefois permis d’augmenter son efficacité de 12 points en moyenne. En revanche, les résultats d’Échiquier (bicarbonate de potassium) déçoivent à nouveau en 2020.

Le projet APN04 à 2,65 l dépasse quant à lui Prosaro 0,8 l/ha. « Cela ne se ferait d’ailleurs pas au détriment de la qualité sanitaire, complète Arvalis. La dose et la fenêtre d’application devront toutefois être affinées. » Il s’agit donc d’une solution d’autant plus intéressante qu’un probable retrait des produits à base de tébuconazole est annoncé.

Dans ce contexte, Arvalis précise que l’évaluation d’autres associations à base de prothioconazole (Joao, Curbatur, Alana Star), de metconazole (Metcostar), de bromuconazole (projet PHF1701) ou de QoI (cas de la fluoxastrobine dans Prosaro Care) a montré des résultats similaires à Prosaro sur le plan de l’efficacité, du rendement et de la qualité sanitaire.

Nouveauté pour 2020-2021

Le fenpicoxamide, ou Inatreq, sera commercialisé par Corteva sous le nom de Questar (Aquino) pour venir à bout de la septoriose et des rouilles. D’origine naturelle, ce nouveau mode d’action sur céréales appartient au groupe chimique des picolinamides qui fait partie de la famille de Qil (Quinone inside inhibitores).

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Blé en recul, maïs toujours en hausse

Les prix de la prochaine récolte de blé reculaient le vendredi 7 mai 2021 en fin d’après-midi, tandis que le maïs poursuivait sa course folle, en raison des inquiétudes qui pèsent sur les cultures au Brésil.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !