«Les apiculteurs américains supportent aujourd'hui des pertes moyennes de 17%. Quel éleveur de bovins accepterait de perdre chaque année 17% de ses animaux?» Le propos émane de Dennis Van Engelsdorp, universitaire américain, coordinateur du groupe de travail sur le syndrome d'effondrement des colonies.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
25%

Vous avez parcouru 25% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !