«J’ai compté près de 700 frênes sur 3,5 km de haies dans une exploitation du Cantal », rapporte Sylvie Monnier, de la Mission haies et fourrages d’Auvergne-Rhône-Alpes (Aura). Souvent les exploitants n’ont pas conscience de leur « richesse » car il est possible de valoriser la production des feuilles de ces arbres dans l’alimentation des troupeaux. « Une tradition perdure dans quelques fermes du Massif central...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !