Vingt et une nouvelles fermes bio par jour au premier semestre 2016. Ce chiffre illustre l’essor fulgurant de l’agriculture bio en France. En élevage laitier, le rythme de conversion est particulièrement soutenu par la crise de la filière conventionnelle, à un niveau « encore jamais observé », note FranceAgriMer. Entre novembre 2015 et mai 2016, ce sont 524 exploitations laitières qui ont entamé une conversion, contre 77 l’année précédente, d’après l’interprofession. Le développement de la production correspond aux besoins de la transformation. Elle est elle-même tirée par une demande forte des consommateurs, supérieure aux disponibilités. Ainsi, le prix payé aux éleveurs est monté à 419 €/1 000 l sur les huit premiers mois de 2016, contre environ 290 € en conventionnel. En période de crise, le bio devient très attractif ! Mais, les récentes conversions apporteront des volumes pour lesquels la demande devra être suffisante, sous peine d’une crise de surproduction.