Sur les pulvérisateurs récents, la régulation est de type DPAE, c’est-à-dire proportionnelle à l’avancement. La pression de pulvérisation est donc liée directement à la vitesse de travail. Le problème, c’est que les buses ne supportent pas de variations de vitesse supérieures à quelques kilomètres. Lorsque la vitesse augmente, la pression au niveau de la buse croît beaucoup plus rapidement...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !