«Il n’y a pas de mauvaise ensileuse, il n’y a que de mauvais réglages », répète volontiers Yann Martinot, directeur technique d’Elv’up. Ce groupement d’éleveurs de l’Orne a fait de la qualité de l’ensilage, et en particulier de l’éclatage des grains, son cheval de bataille. Le but est d’atteindre 70 % d’IFG (indice de fragmentation du grain) sur tous les chantiers, car le grain...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !