Nous avons testé la quatrième génération de la Mule, SSV lancé en 1988. Notre véhicule ne bénéficie pas de l'homologuation tracteur.

Le Kawasaki Mule 4010en images et en vidéo.

FICHE TECHNIQUE

• Capacité de charge /traction : 500 kg/545 kg• Garde au sol : 20 cm• Rayon de braquage : 4 m• Volume de caisse : 430 l• Vitesse maximale : 41 km/h• Temps de parcours : 2'58"

Prix du modèle essayé : 15.737 € HT

Première impression

La Mule ressemble a une voiturette de golf avec un look inspiré des années 1990. Elle bénéficie d'une grande caisse, une des plus volumineuses du test.

Moteur et transmission

Le trois-cylindres Daihatsu de 953 cm³ délivre 25 ch et on les sent bien. Il est monté en position transversale centrale arrière.

Sa particularité repose sur la prise d'air placée dans la tubulure de l'arceau de sécurité. Le bloc entraîne un convertisseur de couple à courroie protégée sous un carter étanche.

La grille de vitesses à droite du volant est très appréciable. Les vitesses avant L et H sont bien dissociées l'une de l'autre ainsi que la marche arrière et le neutre.

Les commandes d'enclenchement du pont et du blocage placées de chaque côté du volant sont très rustiques mais passent facilement. Dommage que celle du blocage soit dissimulée derrière le volant.

Châssis, suspension et freins

Les différents éléments de la Mule viennent se fixer sur un châssis en échelle, de type 4x4. La suspension arrière DeDion se compose de lames, d'un ressort hélicoïdal et d'un amortisseur, le tout de chaque côté de l'essieu. Cette suspension semi-indépendante accepte très bien la charge.

Malgré une suspension indépendante de type MacPherson à l'avant, la Mule 4010 n'est pas conçue pour faire du franchissement. Sa garde au sol est la plus basse du test. Le freinage à quatre tambours reste faible pour les capacités de charge du véhicule.

Cabine

Le chauffeur et son passager prennent place sur une banquette confortable. Le revêtement en caoutchouc au sol (option) assure une bonne adhérence.

Les pédales sont déportées au centre, ce qui peut être gênant pour les personnes de moins de 1,70 m. Le tableau de bord est basique mais la plupart des informations sont là.

Du côté du rangement, la Mule est l'un des SSV les mieux équipés de notre test avec deux grandes boîtes à gants étanches et plusieurs encastrements à canettes.

A l'avant, le capot dissimule un grand rangement dont l'ouverture est impossible avec le pare-brise fermé. La cabine et la caisse sont séparées par une grille.

Caisse

Elle est très volumineuse et équipée du bennage électrique (option).

Entretien

L'accessibilité à la batterie et aux fusibles se fait sous la banquette basculable. Le moteur est quant à lui sous la caisse.

Conduite

La direction assistée offre de bonnes sensations, tout comme le volant « racing ». Le passage des vitesses est souple malgré une commande rustique. Rien n'arrête le moteur, très nerveux, pas même les freins.

Quant à la maniablilité, le Kawa est le meilleur de notre test mais repose sur des petites roues qui le pénalisent au niveau du confort de conduite.

Points fortsPoints faibles

• Double suspension arrière.

• Nombreux rangements.

• Nervosité et maniablilité.

• Capacité de freinage.

• Garde au sol et taille des roues.

• Ouverture coffre impossible avec pare-brise.

Dossier réalisé par Henri Etignard, Sébastien Chopin, Corinne Le Gall Photos : Cédric Faimali/GFA (publié le 17 mai 2013)