Il y a un peu plus de vingt-cinq ans, John Deere lançait son premier SSV. Plus de 500.000 unités plus tard, l'histoire continue avec ce Gator XUV 855 D.

Le John Deere Gator 855 Den images et en vidéo.

FICHE TECHNIQUE

• Capacité de charge /traction : 635 kg/685 kg• Garde au sol : 18 cm• Rayon de braquage : 4,44 m• Volume de caisse : 399 l• Vitesse maximale : 39 km/h• Temps de parcours : 2'57"Prix du modèle essayé : 21.972 € HT

Impression d'ensemble

Le Gator présente un look racé. Il est compact mais assez large. Avec ces jantes de type « beadlock » et ses pneus « mud » de grand diamètre, il paraît prêt à affronter les bourbiers.

Moteur et transmission

John Deere utilise un moteur Yanmar à trois cylindres de 854 cm³. Badgé du cerf, il développe 21,9 ch.

La transmission associe un variateur et une boîte à deux gammes et marche arrière. Le passage en quatre roues motrices peut se faire en roulant via un interrupteur au tableau de bord.

L'enclenchement et le désenclenchement s'effectuent sans difficulté. Le Gator dispose d'un blocage de différentiel peu pratique. Le levier de commande est « perdu » derrière celui des gammes.

Pour l'actionner, le chauffeur est obligé de se pencher. Un blocage permanent est possible en laissant ce levier en position haute.

Châssis, suspensions et freins

Le châssis du Gator est obtenu par hydroformage. Une plaque protège ses dessous. Un pare-buffle est en option. La liaison au sol est assurée par des suspensions indépendantes réglables avec doubles bras triangulés.

Le freinage se montre efficace grâce aux quatre disques non ventilés et aux étriers à double piston. Par contre, le frein à main ne sert pas à grand-chose. Le 855 D possède également plus de frein moteur que son prédécesseur.

Cabine

Attention ça glisse ! Même avec des chaussures de sécurité, le plancher s'avère une patinoire, tout comme la pédale d'accélérateur trop fine. L'engin possède deux sièges. Ils se basculent sans aucune sécurité.

Notre modèle d'essai comportait une cabine entièrement fermée. Les portes vitrées se révèlent difficiles à ouvrir en dévers.

Caisse

La caisse en plastique compte quatre points d'ancrage peu accessibles avec un chargement volumineux. Il est toutefois possible de s'arrimer au tube supérieur qui ceinture la caisse. Les feux arrière sont protégés par une grille et montés à l'endroit le moins risqué.

Entretien

Le moteur se trouve sous la caisse. Le niveau et le remplissage d'huile sont accessibles, comme le filtre à air qui possède un indicateur de colmatage. Le remplissage du réservoir d'essence se fait dans la cabine. Du côté du circuit électrique, certains câbles sont mal protégés.

Conduite

Le passage des rapports est souple. En marche, la direction assistée électrique active se montre très précise et rapide, même avec le véhicule chargé. La position de conduite est un peu étriquée pour les chauffeurs de plus de 1,75 m et le moteur se révèle très bruyant dans la cabine fermée. Chargé, le Gator arrive deuxième de notre test chronométré. Son point fort reste le franchissement où il s'avère très agile.

Points fortsPoints faibles

• Suspensions.

• Ouverture et arrimages sur la caisse.

• Direction assistée.

• Pas de tableau de bord.

• Sol et pédales glissants.

• Bruit assourdissant en cabine.

Dossier réalisé par Henri Etignard, Sébastien Chopin, Corinne Le Gall Photo : Cédric Faimali/GFA (publié le 17 mai 2013)