Notre 6250 R est équipé du terminal CommandCenter 4600. Il gère les fonctions Isobus suivantes : UT, TC-BAS, TC-SC, TC-Geo, TECU, AUX-N et ISB.

Le terminal

Le CommandCenter 4600 offre une bonne résolution d’image. La fenêtre de commande de l’outil Isobus s’affiche en appuyant sur l’icône Isobus VT, dans la barre des tâches. La plupart des opérations s’exécutent en quelques clics. La navigation dans les menus est intuitive et il est possible d’afficher la fenêtre de l’Isobus en pleine page. Un seul écran suffit pour les machines simples mais pour travailler simultanément avec le guidage et l’Isobus, il sera plus confortable d’installer un second écran pour les outils complexes. Ce dernier est connecté au terminal du tracteur via la prise Ethernet intégrée dans la cabine.

Les commandes

Vingt touches du CommandPro peuvent être librement attribuées aux commandes de l’outil, dont onze sont sur le joystick. C’est nettement suffisant pour toutes les fonctions des machines complexes comme le pulvérisateur. Les neuf autres boutons sont répartis entre le levier en croix de l’hydraulique et l’accoudoir. L’affectation des commandes est relativement simple et se réalise en quatre clics au maximum. Il est possible de mélanger les boutons attribués au tracteur et ceux consacrés à l’Isobus, y compris sur le joystick. C’est un avantage. Afin d’utiliser les boutons pour contrôler l’outil, il faut les activer une fois avant de commencer le travail. Un voyant apparaît ensuite pour indiquer que la commande est opérationnelle. Nous avons rencontré un bug en affectant la fonction AUX au pulvérisateur. Il a été réglé en créant un nouveau profil d’utilisateur.

La gestion des sections

Le CommandCenter 4600 peut gérer jusqu’à 255 sections. Malheureusement, il n’est pas possible d’afficher la rampe du pulvérisateur avec les sections individuelles sur la carte. Les chauffeurs à l’aise avec l’informatique pourront toutefois se lancer dans la création­ de leur propre module d’affichage avec le menu de gestion de l’écran.

La définition des cartes de préconisation est de bonne facture et la quantité à épandre s’affiche en couleur, avec une légende explicite. Nous avons réussi à importer les deux formats IsoXML et Shape. Pour la traçabilité, il ne faut pas oublier de régler le mode Documentation sur Isobus, sinon l’enregistrement ne se fera pas en IsoXML mais au format propre à John Deere. Le fichier doit s’appeler RX lorsqu’on importe un format Shape. Les données au format IsoXML doivent être dans un dossier non zippé nommé Taskdata.

La carte de préconisation se superpose à celle du guidage. Le dispositif gère les deux formats Shape et IsoXML. © Top Agrar