«En me convertissant au bio, j’ai tout de suite introduit le  binage des céréales sur l’exploitation. Ainsi, une partie de mes blés et de mes orges de printemps est maintenant semée avec un écartement de 25 cm. Je conserve pour le moment un espacement classique pour les blés de luzerne, l’avoine ou encore les méteils », explique François Terrier.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !