Installée depuis 1993 au sein de l’exploitation familiale, Virginie Bernard achève sa conversion en agriculture biologique. « Je ne me voyais pas passer en bio sans biner », explique l’agricultrice. Pourtant, elle a décidé de conserver un interrang assez faible : « Je suis passée de 12,5 à 16 cm. Augmenter mon écartement signifie tout de suite une perte de rendement potentielle. »
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !