Elle peut héberger jusqu’à une quarantaine de personnes par nuit. Entre le gîte, le mobile-home, le chalet, le camping et les tentes aménagées (1), Marie-Claude Lurot ne chôme pas au sein de son ancienne ferme adaptée pour accueillir des visiteurs. Avec son mari, elle propose, du 1er avril au 30 septembre, des séjours sur leur propriété située à La Palud-sur-Verdon, dans les Alpes-de-Haute-Provence, au début de la route des crêtes.

« Nous avons commencé cette activité à la fin des années 1990 pour améliorer nos revenus. Elle contribue désormais à compléter nos retraites. » Fini le petit élevage. La retraitée continue seulement à cultiver un peu de lavande, mais elle se consacre surtout à accueillir des voyageurs venus de France et d’ailleurs. « Nous avions fait ce choix par nécessité mais aussi pour nous maintenir en forme et en lien avec l’extérieur. »

La force des rencontres

« Sur le plan humain, l’activité touristique est riche. Je côtoie des gens très différents et je fais de belles rencontres. S’arrêter du jour au lendemain quand on a été très actifs aurait sûrement été trop violent pour mon mari et moi. »

Chez les Lurot, le travail c’est d’abord la santé… Même si l’agricultrice a aussi appris à lever le pied au fil des années. « Je ne propose des repas qu’à l’occasion. Entre l’accueil et la cuisine, nous ne pouvions pas tout faire, sauf pour les randonneurs un peu trop fatigués », convient-elle, en ajoutant : « Je n’aurais jamais pu rester dans un canapé à ne rien faire. Combien de temps cela durera ? Nous verrons bien ! »

(1) Son site La maison d’Adèle relève d’Accueil paysan.