«J'ai installé des clôtures électriques pour redécouper mes parcelles l'année dernière, indique Antoine Beauquesne, à la tête de 75 charolaises à Clères, dans la Seine-Maritime. Cela afin d'éviter le gaspillage de l'herbe qui pousse en abondance au printemps. Chaque îlot est divisé en quatre et un lot d'animaux lui est affecté.»
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
14%

Vous avez parcouru 14% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !