Pour ce test, nous avions un Fendt 724 en finition Profi Plus. Il était ainsi équipé du joystick et du terminal les plus haut de gamme du constructeur bavarois. À noter que tous les tracteurs à partir de la série 500 sont dotés d’un accoudoir multifonction, avec un joystick et un terminal tactile. Les manœuvres automatisées, baptisées ici Variotronic TI, sont proposées en standard sur tous les tracteurs.

Fonctions

Fendt offre un grand nombre de possibilités. Rien ne nous a manqué pour mener à bien notre test. Elles sont multiples avec des solutions rapides, comme le couplage de l’activation et l’arrêt de la prise de force avec la montée ou la descente du relevage arrière. Cette dernière se fait simplement en appuyant sur la touche Raccourci, placée avec la sélection des régimes de prise de force. Dans ce cas, nous commandons le relevage avec les touches Go et End. Parmi les autres fonctions disponibles, nous pouvons intégrer un démarrage progressif de la prise de force. Des fonctions plus spécifiques sont possibles, comme des distributeurs supplémentaires (Power beyond), l’activation de l’inversion des pales sur le ventilateur, mais aussi le dispositif de télégonflage VarioGrip. Par contre, les fonctions Isobus ne sont disponibles que sur les dernières versions du terminal.

Déclenchement des actions

Pour le déclenchement, nous avons le choix entre 5 actions différentes : le déclenchement manuel, avec une distance, avec un temps, et avec les positions du relevage avant et/ou arrière, ce qui est plutôt complet. Il est possible de panacher les différents référentiels. D’un clic sur l’écran, nous pouvons modifier le déclencheur pour revenir aux réglages initiaux assez facilement. Ce système s’avère utile dans des bouts de parcelles compliqués, où nous reprenons les rênes avec des déclenchements manuels.

Créer une séquence en roulant

Pour accéder au réglage du Variotronic TI, il faut aller dans le menu Tracteur, puis cliquer sur une touche qui reprend la forme des boutons Go et End du joystick­. C’est simple, à condition de savoir que ces boutons sont dédiés aux manœuvres de bout de champ. Dans le cas contraire, nous pouvons chercher longtemps comment le système se règle. Ensuite, c’est un peu plus intuitif. Nous activons l’enregistrement en roulant avec un clic sur Record, puis nous sélectionnons l’une des quatre touches Go ou End placées sur le joystick. Lorsqu’on enregistre en roulant, c’est la distance qui est prise comme référence pour l’enchaînement des différentes actions. Nous pouvons ensuite retourner sur la séquence pour modifier les déclencheurs facilement. Ce mode d’enregistrement offre l’avantage d’enregistrer directement la temporisation des distributeurs.

Créer une séquence en statique

Pour programmer une séquence à l’arrêt, nous retournons dans le menu dédié. Il nous faut cette fois le déverrouiller et passer par Édit Offline si nous voulons l’enregistrer manuellement. Ensuite, la programmation d’une séquence est assez simple et intuitive. Nous pouvons choisir, depuis le terminal, auquel des quatre boutons du joystick­ nous voulons attribuer la séquence. Puis nous sélectionnons les actions et les déclencheurs. Les fonctions sont regroupées dans des groupes. Tout se fait depuis l’écran tactile. Les logos sont clairs et la navigation est intuitive. En revanche, le réglage des différentes valeurs (vitesses, régime moteur ou encore débit hydraulique) ne peut pas se faire avec le terminal tactile. Nous devons ajuster ces valeurs avec la molette placée sur le côté du terminal. Cette solution est néanmoins rapide. Les distributeurs hydrauliques doivent être réglés individuellement. À noter que lorsque nous travaillons avec le TMS (système de gestion automatisée de la boîte et du moteur), le régime moteur va s’adapter automatiquement si nous activons la prise de force ou un distributeur hydraulique. Il n’est donc pas nécessaire de programmer une mémorisation de régime moteur.

Corrections

Nous visualisons les opérations, leur déclencheur et les valeurs de déclenchement pour chacune sous la forme d’un tableau. Pour corriger une séquence, il faut sélectionner la touche Edit Offline. Nous arrivons alors dans le même menu que pour enregistrer manuellement. Il suffit de cliquer sur l’une des cases pour la modifier. De plus, quatre touches sont présentes sur le côté pour insérer, supprimer ou déplacer une fonction. C’est clair et intuitif.

Archiver une séquence

Il est possible d’enregistrer 4 séquences différentes avec un maximum de 22 étapes par séquence. Mais il n’est pas possible de nommer ces séquences. Elles portent la référence des touches qui les actionnent, c’est-à-dire Go 1, End 1, Go 2 et End 2. Lorsque nous choisissons le nom, un pictogramme nous informe de la touche du joystick qui correspond à notre choix. Tout cela reste assez clair. Lorsque nous modifions une séquence déjà enregistrée, le terminal nous demande s’il doit enregistrer cette modification lorsque nous couperons le moteur. Si nous cliquons sur « non », la séquence sera perdue.

Lire une séquence

Nous activons la lecture d’une séquence très simplement, avec les touches Go et End placées sur le joystick principal. Ce sont ces touches qui servent également dans le cas d’un déclenchement manuel des différentes actions. L’affichage sur le terminal (dans notre cas le grand modèle de 10,4 pouces) se fait sur un quart ou la moitié de l’écran.

Sécurité

C’est l’un des points faibles du système Fendt. En effet, au démarrage, le terminal nous demande si nous voulons restaurer les paramètres de la précédente utilisation. Si nous validons, le système de manœuvre automatisé est alors prêt à fonctionner et cela sans en informer le chauffeur. Si nous appuyons sur les touches Go ou End, la dernière séquence utilisée va s’enclencher, peu importe l’outil attelé. Cependant, la séquence peut s’arrêter immédiatement avec le bouton rouge Stop, placé en haut du joystick.

Particularités

Le constructeur propose également le Variotronic TI automatique, destiné aux manœuvres complètement automatisées avec le guidage.

De plus, Fendt a présenté un nouvel habitacle avec un terminal revu au cours de 2019. Cependant, il n’est pas encore commercialisé.

Notre conclusion

Le système Fendt est complet. Il est facile à utiliser, même s’il est un peu difficile à trouver dans le menu du tracteur. Nous regrettons juste l’absence d’avertissement au démarrage pour informer le conducteur que la séquence est prête à être activée.

La séquence s’affiche sur un quart ou une moitié d’écran. L’ergonomie est bonne.
Pour ajuster des valeurs comme un pourcentage ou un débit, nous devons utiliser la molette située à côté de l’écran.
Nous actionnons les séquences à l’aide des quatre boutons turquoise, situés en bonne place sur le joystick.
Un menu déroulant réunit les fonctions par groupe. On atteint ainsi rapidement celle souhaitée.
Malgré un terminal qui va fêter ses dix ans, le système Fendt reste complet et plutôt bien fait. © Photos : p. peeters