Cabine : 3,5

Elle est déconseillée à tous ceux qui sont en quête de simplicité. Nous avons dénombré pas moins de 75 différents boutons à pousser ou tourner, sans compter les commandes de la ventilation. Le terminal Vario, véritable centre névralgique du tracteur, est situé à portée de main du chauffeur. La cabine est l'une des plus petites de l'essai. Néanmoins, grâce au pare-brise de grande taille, le chauffeur ne se sent pas à l'étroit. L'ergonomie est bien étudiée et toutes les commandes sont rapidement indentifiables. Seul bémol, les deux boutons de mémorisation de la vitesse d'avancement (Tempomat) sont placés trop loin et l'utilisation du terminal Vario serait plus simple avec un écran tactile.

Le confort du chauffeur et la position de conduite sont très satisfaisants. En revanche, on peut regretter l'absence d'autorégulation sur la climatisation. En dépit du capot large, la visibilité sur l'avant est bonne. Toutefois, la cabine est placée très en arrière par rapport à l'essieu ce qui fait que l'outil relevé se trouve très proche de la vitre arrière. Lors de l'essai, le combiné de semis a percuté la vitre ouverte.

Moteur (pas de note)

Le moteur n'a pas pu être évalué par la DLG (voir l'article « Plus de cinquante critères évalués », « Les mesures de la station expérimentale » pour les explications).

Relevage : 4

Le Fendt est équipé de stabilisateurs autobloquants et d'un troisième point hydraulique. Les commandes en cabine sont très simples et regroupées en deux blocs : un pour le relevage et la prise de force arrière et le second pour le groupe relevage – prise de force avant. Mis à part l'interrupteur de montée et descente, la seule autre commande manuelle est la profondeur de travail. Tous les autres paramètres du relevage sont modifiés à partir du terminal Vario.

Hydraulique : 4

Trois des quatre distributeurs du 817 sont fournis de série. Deux distributeurs choisis par le chauffeur sont commandés à partir du joystick, les deux autres étant actionnés par un petit levier en croix. Deux commandes centralisées verrouillent ou stoppent simultanément tous les distributeurs. Le débit et la temporisation se règlent à partir du terminal Vario. Seule ombre au tableau, le troisième point hydraulique condamne l'un des distributeurs.

Prise de force : 4

Les trois régimes (540, 540 E et 1000) sont sélectionnés très simplement à partir de boutons situés sur la console de droite. Deux autres boutons commandent l'embrayage de la prise de force, en mode manuel ou automatique couplé au relevage. Du côté de la sécurité, on peut apprécier la commande d'arrêt d'urgence placée sur le joystick. Toutefois, elle serait plus efficace si elle fonctionnait en mode manuel et non pas seulement en mode automatique.

Différentiels : 5

L'engagement du pont avant et des différentiels est commandé par quatre boutons placés sur la console de droite. Les deux systèmes possèdent un automatisme d'engagement et de désengagement en fonction de l'angle de braquage et de la vitesse.

Pont avant : 4,5

Le Fendt braque facilement et possède la direction la plus fiable de l'essai. La suspension du pont avant, combinée à la cabine pneumatique, donne l'impression d'être la plus efficace de l'essai. La pédale de frein est ferme et répond bien.

Entretien : 3,5

Le capot en deux parties s'ouvre facilement grâce à une gâchette, comme pour les automobiles. En revanche, l'escamotage des radiateurs n'est pas aisé et le nettoyage total est difficile. L'entretien journalier est facilité par le faible nombre de graisseurs.

Téléchargez les Données relatives à la transmission et la cabine du Fendt Vario 817 VARIO TMS (1.04 Mo)

Lire les articles suivants:

- Plus de cinquante critères évalués

- Case IH CVX 1190 : classique avec une conduite simple

- Deutz-Fahr Agrotron TTV 1160 : intuitif et confortable

- Fendt 817 Vario TMS: il peut tout faire

- John Deere 6920 Autopowr : prise en main instantanée

- Massey Ferguson 7490 : une autre gestion de la boîte Vario

- Cinq solutions pour gérer les fourrières

Essais et dossier réalisés par Corinne Le Gall – Photos: Ralf Heil (paru le 7 janvier 2005)