Malgré quelques décrochages, comme en avril, la production ibérique poursuit son développement à marche forcée. Les investissements dans la filière vont bon train, et ne sont guère contestés par des associations animalistes ou pour des raisons environnementales.

Bénéficiant d’une bonne image,
le porc espagnol se commercialise très bien à l’étranger, en particulier vers l’Asie, qu’il s’agisse de porcs gras (fort appréciés en Orient) ou standards. De plus, la politique commerciale s’est adaptée à la demande de découpes. En fin d’année, les cotations, plus basses que les autres références européennes, confèrent à l’Espagne une attractivité supplémentaire.