Depuis une quinzaine d’années, l’autochargeuse est devenue l’engin indispensable des chantiers d’affouragement en vert. Sur la plupart, elle a remplacé l’ensileuse à fléaux, économique mais offrant peu de débit. Cette dernière est désormais cantonnée à la récolte du maïs vert dans la zone comté et à des dépannages ponctuels pour l’herbe. Pour toutes les autres...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !