Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier Le « beau gosse »

réservé aux abonnés

 - -->
Cet écran logé sur le montant avant de la cabine reprend les informations les plus utiles du terminal iMonitor 3. © P. Peeters

Le 9340 TTV possède sa part de mystère avec de nombreuses fonctions avancées dissimulées, voire secrètes. Il faut donc prendre le temps d’apprivoiser l’engin pour l’exploiter au mieux. La cabine, trop exiguë pour cette catégorie de puissance, est son talon d’Achille.

Le 9340 TTV est le modèle le plus puissant de la gamme Deutz-Fahr. Notre tracteur d’essai est présenté dans sa version « warrior » et arbore notamment une livrée noire. Avec cette peinture et le design agressif signé Guigiaro, notre monture a fière allure et nous ne passons pas inaperçus sur les routes marnaises.

Cabine

Autant crever immédiatement l’abcès : la cabine est la grosse déception de ce tracteur. Lancée il y a plus de dix ans, sa structure n’a pas évolué, contrairement à son ergonomie. Il en résulte un environnement de travail à six montants d’un volume moindre par rapport à la concurrence.

Ce manque d’espace se ressent d’autant plus que le siège du conducteur, l’accoudoir ainsi que le terminal présentent des tailles généreuses. En prenant place derrière le volant, nous constatons que ce dernier ne s’escamote quasiment pas, ce qui ne facilite pas l’installation du chauffeur. D’autant plus que la colonne de direction est particulièrement massive. Le siège confortable dispose­ de nombreuses possibilités de réglage mais la plupart des manettes et des boutons sont inaccessibles, à moins d’avoir les doigts très fins.

Deutz-Fahr se rattrape avec l’ergonomie des commandes, qui reste son point fort depuis le lancement des Agrotron. Grâce à l’adoption et à l’utilisation systématique du code couleur, un chauffeur qui n’a jamais pris en main les commandes­ d’un Deutz-Fahr est capable de commencer le travail en quelques minutes. Sur le montant avant droit, un écran couleur de bonne facture reprend les réglages principaux du terminal. Il est d’ailleurs possible de paramétrer la plupart des fonctions à partir des boutons de l’accoudoir et de cet écran, sans avoir recours à l’ordinateur de bord.

Moteur

Le série 9 est motorisé par un bloc Deutz de 7,8 litres délivrant 316 ch à la puissance nominale et 336 ch de puissance maximale. Il est possible de mémoriser deux régimes moteur, utilisables uniquement en mode manuel et prise de force (PTO). Comme nous travaillons en mode auto, nous ne les sollicitons pas.

Transmission

La transmission à variation continue TTV est fournie par ZF. Cela pourrait changer puisque, sur son nouveau Série 8, Deutz-Fahr propose une boîte maison. Le 9340 se distingue du reste de la meute par une conduite qui s’effectue uniquement à la pédale.

Le joystick ne sert qu’à déterminer une vitesse cible qui est atteinte lorsque la pédale d’avancement arrive en bout de course. Cette conduite est frustrante, surtout avec un joystick aussi ergonomique. Les vitesses s’ajustent avec précision en utilisant la molette placée derrière le joystick. Pour gagner du temps, il est possible d’augmenter la vitesse par plage de 10 km/h en activant le bouton shift sous le joystick.

Nous ajustons l’agressivité de la TTV avec un potentiomètre placé sur l’accoudoir. Le superviseur de sous-régime est contrôlé par un second potentiomètre et trois possibilités de réglage : éco, puissance et automatique. Nous apprécions l’affichage de la plage d’évolution du régime moteur sur le terminal, en fonction de ce réglage. Nous pouvons enregistrer deux vitesses et travailler selon trois modes : auto, manuel et PTO. Ce dernier s’active automatiquement lorsque la prise de force est embrayée. Nous programmons la transmission afin que le tracteur repasse en mode auto dès que la prise de force s’arrête, ce qui évite de réaliser les fourrières avec le moteur qui hurle. La TTV cache de nombreux secrets, notamment la possibilité de booster fortement l’accélération en appuyant sur le bouton de marche avant de l’inverseur. En arrêtant le tracteur, nous constatons avec surprise qu’il se met en roue libre tant que le frein de parking n’est pas serré. Le semoir rangé au fond du hangar a eu chaud plus d’une fois !

Relevage

Le 9340 TTV est doté d’un relevage de catégorie 3 et bénéficie d’un troisième point hydraulique. Le relevage avant dispose de ses propres commandes et d’une molette de contrôle de profondeur semblable à celle du relevage arrière. Toutes les commandes auxiliaires sont des potentiomètres logés dans la partie fermée de l’accoudoir.

Hydraulique

Le constructeur allemand a mis le paquet avec sept distributeurs hydrauliques, qui peuvent tous être affectés à la commande de notre choix. Les deux distributeurs du joystick, proportionnels, sont des modèles du genre. Nous sommes plus réservés sur les trois finger tip au bout de l’accoudoir, qui ont une course très importante. Les deux derniers distributeurs sont affectés au levier en croix. Débit, temporisation et priorité se gèrent dans le terminal.

Prise de force

Les trois régimes (540, 1 000 et 1 000 E) sont sélectionnés avec un interrupteur sur lequel nous aurions aimé trouver une position neutre. L’automatisme se règle dans le terminal et s’active sur l’accoudoir.

Ponts

Fidèle à sa réputation, Deutz-Fahr propose le système ASM qui gère automatiquement et conjointement l’engagement du pont avant et le blocage du différentiel arrière. Tous les automatismes sont réglables dans le terminal.

Au travail

Travailler avec le Deutz-Fahr, c’est d’abord se confronter au frein de parking. Cette manette orange placée sur l’accoudoir est dotée d’une course impressionnante. On ne sait jamais s’il faut la tirer ou appuyer dessus. Nous apprenons que le frein s’engage automatiquement lorsque le chauffeur quitte le siège et se désactive lorsque l’inverseur est sollicité. L’attelage de l’outil s’effectue rapidement. Il n’en sera pas de même au moment de dételer puisqu’il n’y a pas de manettes de décompression sur les distributeurs. Pour l’attelage d’un outil avant, nous découvrons une autre fonction cachée : le pilotage de la hauteur de la suspension de pont avant. On y accède en maintenant le bouton d’activation de cette suspension.

Au champ, le 9340 TTV s’acquitte parfaitement de sa mission de déchaumage. Une fois la séquence de fourrières programmée, nous l’activons à chaque début et fin de ligne. Au volant, la position de conduite est moins confortable que dans d’autres cabines, en raison surtout du manque de place. Notre quiétude est dérangée par des bips ainsi qu’un niveau sonore général assez élevé et des vibrations.

Le 9340 TTV ne sacrifie pas à la mode des réglages auxiliaires du relevage dans le terminal. C’est mieux pour l’efficacité © P. Peeters
Ce potentiomètre orange règle le superviseur de sous-régime. La solution automatique est en position intermédiaire. © P. Peeters
Les distributeurs sont identifiés par un code couleur. Le troisième point est hydraulique. © Cédric Faimali/GFA
L’accoudoir est garni de nombreux boutons et potentiomètres. Néanmoins, l’utilisation du code couleur et de pictogrammes clairs supprime les pertes de temps. Nous appprécions l’absence de commandes importantes sur les montants de la cabine. © P. Peeters
Parmi les petits secrets cachés du tracteur se trouve ce bouton qui commande l’ouverture électrique du capot. © P. Peeters
Tous les distributeurs sont entièrement paramétrables et interchangeables. Débit et temporisation se règlent dans les deux sens. © P. Peeters
Le 9340 TTV en chiffres

Moteur : Deutz 7,8 l

Puissance nominale : 316 ch

Puissance maximale : 336 ch

Empattement : 3,13 m

Pneumatiques avant : 650/65 R 34

Pneumatiques arrière : IF 900/60 R 42

Le récap
Les points positifs
  • Joystick ergonomique.

  • Possibilités offertes par l’électronique.

  • Ergonomie générale.

Les points négatifs
  • Se met en roue libre à l’arrêt avant l’activation du frein de parc automatique.

  • Pas de possibilité de conduire au joystick.

  • Structure de cabine qui a besoin d’évoluer.

Un joystick bien pensé et ergonomique

Le joystick et l’ergonomie sont les points forts de la cabine Deutz-Fahr. Le constructeur allemand a opté pour une forme de levier très différente de celle de ses concurrents. Avec un tel design, ce joystick aurait sa place dans un cockpit d’avion. Il est étudié pour épouser la forme de notre main et contribue à soulager le bras du chauffeur. Il est ainsi possible d’actionner toutes les commandes avec le pouce en maintenant la paume de la main sur son support en caoutchouc. Sur la face avant, nous trouvons les commandes d’inverseur, le relevage avant, le relevage arrière, deux distributeurs, deux vitesses cibles et l’activation des manœuvres de bout de champ. Tous les boutons sont rétroéclairés.

Au dos du joystick sont placés un bouton shift et la molette de réglage de la vitesse cible. Les deux molettes des distributeurs hydrauliques sont proportionnelles, ce qui est rare sur un joystick. Nous déplorons l’absence d’un bouton pour engager l’autoguidage. À l’usage, ce joystick est tellement confortable qu’on ne peut regretter qu’une chose : qu’il ne serve pas à piloter la transmission.

Les fonctions des boutons du joystick sont facilement repérables grâce au code couleur. © P. Peeters
L’iMonitor 3 regorge de possibilités

Le plus complet mais aussi l’un des plus complexes, voilà comment on peut résumer le terminal iMonitor 3 qui trône au bout de l’accoudoir du 9340 TTV. Cet immense écran de 12 pouces bénéficie d’une dalle tactile très réactive. Dominé par un fond noir, l’affichage n’est pas très convivial. La navigation repose sur trois espaces : la colonne de droite qui regroupe une partie des menus sous la forme d’un icône, trois menus en fenêtre réduite et l’écran principal. Il faut sélectionner une fenêtre du menu pour afficher tout son contenu en grand format. Ensuite, la navigation s’effectue comme sur une tablette, en glissant les pages latéralement. Deutz-Fahr pousse la ressemblance avec l’iPad jusqu’à demander un mouvement de bas en haut pour afficher les paramètres de l’écran (luminosité, son, capture d’écran…).

Devant l’écran, le tractoriste allemand propose un pavé de cinq touches et une molette afin de simplifier la navigation dans l’iMonitor. Parmi les touches se trouvent notamment la fonction de retour à l’écran précédent et celle du menu principal. Les touches F1, F2 et F3 sont personnalisables et nous leur affectons la gestion de la transmission, les distributeurs hydrauliques et le guidage.

Certains menus ne sont pas très explicites et la recherche de certaines fonctions avancées peut s’avérer fastidieuse. Mais contrairement à des solutions concurrentes, nous avons envie de persévérer car nous avons l’intuition que le Graal nous attend au bout de la quête. C’est le cas pour la personnalisation des commandes du joystick avec les fonctions Isobus, ou pour la mise en route du système entièrement automatisé des manœuvres de bout de champ.

L’iMonitor 3 intègre des fonctions avancées comme la coupure de tronçons et l’Isobus de classe 3. Pour ce dernier, Deutz-Fahr est le premier constructeur à proposer la certification TIM, c’est-à-dire à offrir la possibilité à l’outil de contrôler directement le tracteur, par exemple pour stopper la presse à balles rondes lors du liage et de l’éjection. Du côté de la modulation intra-parcellaire, l’iMonitor est capable de gérer des formats IsoXML et Shape.

Le guidage est relativement simple à mettre en œuvre, notamment en réalisant une ligne A-B. En revanche, impossible de déclencher le coloriage de la partie travaillée en se contentant d’enregistrer la largeur de l’outil. Il est impératif de consacrer du temps à la création d’une tâche pour colorier ensuite automatiquement les longueurs travaillées.

La cabine MaxiVision 2 du 9340 TTV commence à accuser le poids des années. Moins volumineuse que ses concurrentes, elle se distingue néanmoins par l’une des meilleures ergonomies du test. © P. Peeters
L’écran principal affiche ici les paramètres de réglage de la transmission. La caméra et le guidage sont reportés sur les fenêtres intermédiaires. © P. Peeters
L’écran de guidage est large et convivial. Il faut paramétrer une tâche pour colorier les lignes. Le demi-tour entièrement automatisé est disponible. © P. Peeters
Le Deutz-Fahr 9340 TTV. © P. Peeters
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !