Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier Déléguer la logistique

réservé aux abonnés

 - -->
L’équipe du Chant des légumes est en pleine préparation de la commande passée par l’enseigne Chronodrive, qui doit être prête pour le lendemain matin à 7 heures. © Photos : M. Salset

Près de Lille, Marion Fortoul livre ses légumes à l’enseigne Chronodrive, aidée par un prestataire, Direct Market, qui les a mis en relation et gère la logistique.

Au chant des légumes, les lundis et vendredis, c’est l’effervescence. « À 11 h, je reçois un ordre de commande de Direct Market pour Chronodrive », explique Marion Fortoul, productrice de légumes et de grandes cultures à Herlies, près de Lille. Ce sont deux palettes par semaine qui sont expédiées, par Direct Market, depuis l’exploitation vers les entrepôts de Chronodrive. Le distributeur a référencé l’ensemble de sa gamme de légumes. « Pour l’instant, c’est un contrat moral », commente la productrice, mais Direct Market travaille à mettre en place un contrat tripartite qui formalisera les engagements de chacun (durée, volume, prix…).

Un facilitateur

Cette ancienne consultante en ressources humaines s’est installée en 2017 sur les 34 ha de la ferme familiale. Elle commercialise en direct grâce à des distributeurs automatiques placés dans l’exploitation. Elle travaille avec deux magasins de producteurs et plusieurs grandes surfaces. Depuis son installation, elle a monté trois serres tunnel pour élargir sa gamme et un atelier de transformation Aujourd’hui, son plus gros client c’est Chronodrive. « Le dispatch pour les magasins est très chronophage. Direct Market est un facilitateur, détaille-t-elle. Ils mettent en valeur ce que je fais et ont à cœur de me faire réussir. »

« Nous avons constaté une problématique de confiance dans les relations entre les producteurs et les grandes et moyennes surfaces. Sécuriser les volumes, les modalités de livraison ou de paiement et la négociation des prix sont parfois compliqués », complète Sébastien Pelka, fondateur de Direct Market.

L’entreprise est référencée comme un prestataire de services chez Chronodrive et s’occupe des commandes, de la logistique et de la facturation. « C’est confortable pour moi, je ne gère rien. En fin de semaine, je mets à jour mes stocks sur leur plateforme en ligne et, les lundi et vendredi, je reçois un ordre de commande. Elle doit être prête pour le lendemain à 7 heures », explique l’agricultrice.

Être connecté

Marion le reconnaît, « il faut être un minimum connecté et à l’aise avec l’informatique », tout se passe sur smartphone ou sur ordinateur. « Il faut savoir être réactif, s’adapter aux besoins sur le packaging et le conditionnement. En contrepartie, quand je leur propose de nouveaux produits, mes deux partenaires sont toujours partants pour étudier la faisabilité », s’enthousiasme-t-elle. Direct Market délègue la logistique auprès de transporteurs de la région. « Nous mutualisons les volumes, ce qui nous permet de négocier les tarifs d’une zone et d’obtenir des prestations de qualité », explique Sébastien Pelka.

Forte de cette relation, l’agricultrice affiche un objectif à court terme : pérenniser les six emplois créés pour sa ferme. « Je veux pouvoir leur proposer un CDI », conclut-elle.

Marie Salset

Les étiquettes de Direct Market affichent un prix « transparent » et la distance qui sépare l’exploitation du magasin.
Fixation des prix

« C’est le producteur qui fait son prix. On ne négocie pas mais on peut l’accompagner, explique Sébastien Pelka. On permet parfois aux agriculteurs de mieux valoriser leur production en n’étant pas plus chers. » Le prix en magasin est calculé sur la base du prix du producteur + le coût de fonctionnement de Direct Market (un % du prix du producteur) + le prix de la logistique au réel + la marge du magasin + la TVA. Le détail est affiché sur une étiquette inédite de transparence du prix en magasin, ainsi que le nom du producteur et la distance qui sépare l’exploitation au magasin.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !