Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier « La génétique, un levier à ne pas négliger face aux sécheresses »

réservé aux abonnés

 - -->
Les vaches de Yann Bouteloup rentrent en bâtiment juste après le vêlage, entre mi-octobre et début novembre. Leur ration se compose d’enrubannage d’herbe et de foin à parts égales, d’un kilo de triticale et de 500 g de concentrés. © Jérôme Chabanne

Installé au cœur du bocage bourbonnais dans l’Allier, Yann Bouteloup prête une attention particulière aux orientations génétiques de son troupeau d’aubracs, en réponse au climat de plus en plus rude.

En qualité d’ancien inséminateur, Yann Bouteloup a développé un intérêt fort pour la génétique. Dans une zone emblématique du bassin charolais, il a démarré en 2008 un atelier bovin composé d’une quarantaine de vaches de race aubrac. Aujourd’hui, Yann et son associé, Sylvain Lacarin, comptent 100 mères à vêler ainsi que 250 brebis allaitantes et trois poulaillers.

« S’agissant du cheptel bovin, nous produisons 45 à 50 broutards de 380 à 400 kg vifs destinés au circuit traditionnel italien et nous valorisons nos réformes engraissées en vente directe à la ferme », explique Yann. L’éleveur vend également quelques génisses et vaches pleines pour la reproduction. « Le cheptel est inscrit à l’Upra aubrac et adhérent à Bovins croissance », complète-t-il.

De la paille dans la ration

Face aux sécheresses qui frappent le département depuis trois années consécutives, les associés ont actionné divers leviers : implantation de méteil et de prairies à flore variée enrubannées, mise en place du pâturage tournant… « Nous essayons de valoriser au mieux la pousse de l’herbe au printemps et de dégager quelques surfaces de fauche supplémentaires pour constituer un maximum de stocks », appuie Yann. Côté rations, les vaches, jusqu’ici affouragées à volonté, sont à présent rationnées autour de 10,5 kg de MS par jour dès le début de l’hivernage. En mars, la mise à la reproduction achevée, les exploitants incorporent un peu de paille en attendant la mise à l’herbe. « Nous le faisons aux stades où les femelles présentent des besoins moindres, afin de ne pas pénaliser les performances à la reproduction », ajoute-t-il. L’intervalle vêlage-vêlage moyen du troupeau est de 370 jours.

« Si l’on parle beaucoup de la gestion de l’herbe, la génétique est un critère tout aussi important  », estime Yann. La rusticité des animaux, leur profondeur de poitrine et leur capacité à ingérer des fourrages grossiers sont des axes de sélection sur lesquels l’éleveur travaille.

Parvenir à valoriser des ressources pauvres

Dans sa volonté de sélectionner des bovins à forte capacité de valorisation des fourrages grossiers, l’Union aubrac s’est engagée dans le projet Serustic (1). Depuis 2017, les quantités individuelles ingérées par les veaux nourris quasi exclusivement au foin sont mesurées à la station d’évaluation de la Borie (Aveyron). Un des objectifs était de repérer ceux qui consomment le moins tout en assurant un bon niveau de croissance. Des résultats seront présentés d’ici fin 2020. « Le climat nous conforte dans nos choix de sélection, à savoir, rester sur des formats raisonnables (380 à 420 kg de carcasse) et rustiques, relève Yves Chassany, président de l’Upra aubrac. Privilégier des animaux dotés d’une grande profondeur de poitrine et de bons aplombs est aussi une réponse face aux sécheresses, alors que nos troupeaux seront certainement amenés à parcourir de plus longues distances pour ingérer la quantité de fourrages dont ils ont besoin dans la journée. »

(1) Station d’évaluation des races rustiques.

Votre analyse du marché - Bovins maigres

L’offre de broutards reste juste suffisante pour la demande

La modestie de l’offre continue à faciliter l’animation commerciale sur l’ensemble des marchés. Les ateliers d’engraissement se vident rapidement avec des mises en place qui ont été insuffisantes depuis un an.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !