Après la hausse de l’an dernier, les surfaces de colza chutent cette année dans la plupart des régions. La sole nationale perd plus de 140 000 ha, pour atteindre 1,41 Mha. Les faibles rendements de la précédente récolte sont sans doute à l’origine de cette relative désaffection pour le colza. Les trois régions Centre-Val de Loire, Bourgogne-Franche-Comté et Grand-Est représentent la moitié de la superficie totale mais perdent 130 000 ha à elles trois. C’est d’ailleurs dans ces régions que les rendements étaient les plus décevants en 2016. En revanche, ceux de cette année retrouvent leur niveau normal. La moyenne nationale (38 q/ha) progresse de 7 q/ha par rapport à 2016, pour une production de 5,35 Mt, en hausse de 0,6 Mt. Au sein de l’UE, les surfaces progressent de 170 000 ha et la production est en hausse de 10 %, à 22 Mt.

Alors que la Chine et l’Inde voient leur production se stabiliser à quelque 20 Mt à elles deux, la récolte canadienne de canola, proche de 20 Mt, atteindrait un nouveau record, contribuant à une production mondiale de l’ordre de 72 Mt, en hausse de 2 Mt. À l’inverse, la production mondiale de soja, qui avait culminé à plus de 351 Mt l’an dernier, semble se stabiliser.

Les bonnes disponibilités françaises de colza sont telles que FranceAgriMer prévoit une diminution des importations à 0,85 Mt (contre 1,3 Mt l’an dernier), ainsi qu’une augmentation des exportations vers l’UE à 1,55 Mt. La trituration est prévue en légère baisse (4,34 Mt), pour un stock de fin de campagne en hausse mais qui reste modeste.

© Christian Watier
Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Sur Euronext, me colza reflue dans le sillage du pétrole

Les prix du colza marquaient un repli vendredi 21 janvier 2022 dans l’après-midi sur le marché européen, plombés par le pétrole.