Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier Nouveau partenariat mêmes fondamentaux

réservé aux abonnés

 - -->

Première mouture de la collaboration avec Liebherr, le Scorpion conserve les bases des précédents modèles conçus par Wacker Neuson et qui ont fait son succès.

A lire aussi

Rarement un chargeur télescopique aura autant suscité l’impatience des agriculteurs que ce Scorpion 741. Il faut dire que l’annonce de l’arrêt de la collaboration avec Wacker Neuson (Weidemann, Kramer) avait provoqué un certain émoi chez les aficionados de ce chargeur télescopique plutôt haut de gamme. Le Scorpion avait réussi à se hisser à la quatrième place du marché, derrière les trois poids lourds de la manutention. C’est donc avec une certaine excitation que nous avons accueilli cette nouvelle formule, issue de la récente collaboration avec Liebherr.

Autant le dire tout de suite, les bases restent les mêmes, et toute ressemblance avec le Kramer n’est pas fortuite. Même moteur, même boîte, même joystick…, les similitudes sont nombreuses. Mais les différences aussi, d’où l’intérêt de comparer les deux.

Châssis et ponts

Le Scorpion 741 s’inscrit dans une gamme comportant 7 modèles, répartis entre les grands et les petits châssis. Notre Scorpion est le plus grand des petits châssis. La structure mécanosoudée est portée par deux ponts Liebherr équipés de freins immergés sur les quatre roues. Le Scorpion se montre peu agile dans la cour de la ferme, avec un diamètre de braquage de 8,32 m. Pour changer le mode direction, il suffit de tourner une molette placée au tableau de bord. Sur notre modèle de test, il est nécessaire de tourner les roues très lentement pour obtenir le réalignement semi-automatique, ce qui n’est pas normal. Nous avons donc supposé qu’il y avait un problème de capteur.

Claas propose un quatrième mode, appelé faux crabe. Les roues arrière sont bloquées selon un certain angle et celle à l’avant sont directrices. Cette solution est pratique pour curer ou désiler dans un vieux bâtiment. On se met en faux crabe en sélectionnant le mode deux roues directrices puis, tout en maintenant le bouton faux crabe appuyé, on tourne le volant jusqu’à obtenir l’angle souhaité avec les roues arrière. On retrouve un mode de direction normal en repassant en quatre roues directrices. Régime moteur et limiteur de vitesse se règlent avec une grande précision.

Moteur et transmission

Claas reste fidèle à la motorisation Deutz, avec le 3,6 litres de 136 ch. Ce bloc, conforme à la norme Tier 4 final, est équipé d’un Doc et d’un SCR. Comme sur tous les engins qui réalisent de nombreuses heures au ralenti, un bouton de régénération du Doc est présent en cabine. Le compartiment moteur est bien agencé, avec un accès rapide à tous les points de visite. La ventilation réversible s’active automatiquement pendant 30 secondes, toutes les 30 minutes.

Côté transmission, Claas reste fidèle à la VariPower à variation continue, avec trois plages de travail : 0-15, 0-30 et 0-40 km/h. Le changement de rapport peut s’effectuer en roulant.

Flèche

La flèche est ancrée plus bas que sur les précédentes versions, ce qui contribue à la bonne visibilité en cabine. Le bras a été légèrement recentré. Le télescope est protégé des souillures, grâce à de petites brosses tout autour du mat.

Ce Scorpion est équipé du même tablier que la version précédente, ce qui évite de renouveler les outils. Il propose quatre points d’ancrage, avec un verrouillage hydraulique horizontal. Trouver le bouton en cabine qui pilote ce verrouillage est un vrai jeu de piste. En effet, Claas a eu l’idée un peu saugrenue de le placer parmi les boutons situés dans le plafond de la cabine, sur la gauche. Au moins, on ne risque pas de déverrouiller l’outil par erreur. La commande de la sécurité anti-basculement EN 15000 est placée juste à côté.

Un bouton de décompression de la ligne hydraulique est situé sur la flèche. Un bip retentit en cabine jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de pression dans le circuit. Le problème, c’est qu’avec le bruit du moteur, le bip est inaudible. Un second bouton placé en cabine joue le même rôle.

Notre modèle embarque deux circuits pour les fonctions hydrauliques auxiliaires. Le basculement de l’un à l’autre s’effectue avec une commande en cabine.

Joystick

Le joystick est un classique Claas, avec l’inverseur et le télescope sous forme de roulettes. Il n’y a pas d’inverseur au volant. Au sommet du levier prennent place les deux boutons des rapports de vitesse, et le basculement de l’électrovanne entre les deux circuits auxiliaires. En bas du joystick se trouvent le neutre de la boîte et la mémoire de position du tablier.

Au travail

Au chargement de paille, nous sommes immédiatement séduits par la visibilité sur l’outil et notre environnement. Le Scorpion propose le débit hydraulique le plus important au ralenti et ça se sent lorsqu’on prend plusieurs bottes. Le joystick est précis et confortable, même s’il n'est pas solidaire de l’accoudoir.

Au fumier, le Scorpion se montre tout aussi efficace et nous apprécions l’automatisme de retour en position du godet, qui s’active rapidement et fonctionne bien. En revanche, on regrette l’absence de la rentrée automatique du télescope lorsqu’on baisse le bras, une solution qui existait sur les précédentes versions. Nous remarquons aussi qu’en chargement intensif, de nombreux bips de sécurité polluent l’environnement sonore d’une cabine assez silencieuse.

La pédale de frein possède deux positions : inching sur les premiers centimètres et freinage ensuite. C’est pratique quand on a besoin de travailler à plein régime et évite d’avoir une troisième pédale.

Sur la route

Lors du parcours routier, le Scorpion est l’un des plus véloces. Il avale sans difficulté la côte du parcours. On regrette que la vitesse ne s’affiche pas directement au tableau de bord. Le frein de parking s’engage automatiquement lorsque la vitesse est nulle pendant deux secondes, ce qui est très sécurisant avec notre chargement. La suspension de flèche s’active automatiquement au-dela de 7 km/h.

L’inverseur du joystick est la seule solution pour changer de direction. Une commande sous le pommeau pilote la troisième fonction. © c. legall
La grosse molette orange commande le changement de mode de direction. © c. legall
Le verrouillage de l’outil est piloté par un bouton placé sur la gauche du chauffeur, au niveau du toit. © c. legall
Sur la route, il est possible de confondre la pédale de réglage de la colonne de direction avec celle du frein, située de l’autre côté. © c. legall
L’accès en cabine est périlleux, avec deux marches alignées et une poignée gauche sur la porte au lieu du montant de la cabine. © c. legall
Le Scorpion est équipé d’un dispositif de graissage automatique, sur lequel il est possible de régler le temps et la pression d’huile. © c. legall
Le compartiment moteur est bien agencé et tous les points de service sont facilement accessibles. Le catalyseur est parallèle au sol. © c. legall
Le récap
Les points positifs
Les points négatifs
Une visibilité parfaite

Grande surface vitrée et montants fins : la cabine du Scorpion ressemble à une serre. C’est donc sans surprise celle qui offre la meilleure visibilité, aussi bien en hauteur que sur le côté droit, aidée par un capot bas et une position en hauteur. Mais avant de profiter de la vue, il faut prendre place en cabine. Ou plutôt y grimper car les deux marches sont hautes et collées au châssis, ce qui rend la montée et surtout la descente périlleuses. Claas nous a toutefois signalé qu’il était possible de décaler les marches, ce que nous n’avons pas pris le temps de faire. Une fois assis, on se croirait au volant d’une moissonneuse-batteuse, car la colonne de direction se bascule vers le chauffeur. Nos deux jambes sont donc séparées, comme sur une grosse chargeuse. La pédale pour bouger la colonne de direction peut être confondue par réflexe avec celle du frein, qui est pourtant de l’autre côté de la colonne. Côté ergonomie, les boutons sont nombreux mais regroupés sur la console de droite et dans le toit à gauche. Tout est clairement identifié, sans risque d’erreur. Nous avons apprécié la présence d’une caméra de recul.

Claas a conservé le même tablier que sur les précédentes version, avec quatre points d’ancrage et un verrouillage hydraulique horizontal. © c. legall
Ce bouton situé sur le bras permet de supprimer la pression dans les flexibles de la troisième fonction hydraulique. © c. legall
Originalité de la cabine Claas : la colonne de direction de type moissonneuse-batteuse qui sépare les deux jambes. Il faut freiner avec le pied gauche. © Cédric FAIMALI
Sur la route, le Scorpion est l’un des plus rapides. La suspension de flèche, qui s’active automatiquement dès 7 km/h, assure un parcours confortable. © Cédric FAIMALI
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !