Le Cebis n’était pas encore certifié par l’AEF au moment de notre test. Il prend en charge les fonctions UT, TC-BAS, TC_SC, TC-Geo, Aux-N, TECU et ISB. Nous avons exécuté toutes ces opérations.

Le terminal

Le Cebis Touch fonctionne comme un terminal Isobus. Il est donc possible d’afficher l’écran de contrôle de l’outil sur l’ordinateur de bord du tracteur. Cela rend le travail en combinaison avec le terminal S10 dédié au guidage beaucoup plus simple.

L’affichage dans le Cebis est particulièrement clair et complet. Lorsqu’il est sélectionné comme écran Isobus, le S10 charge automatiquement les informations des outils au redémarrage du système. Il est d’ailleurs possible d’afficher simultanément le guidage et le contrôle de l’outil sur le S10 mais la présentation pour ce dernier est bien plus ergonomique sur le Cebis.

Les commandes

Huit touches placées sur le joystick Cmotion peuvent être affectées aux commandes Isobus. Deux touches supplémentaires sont placées sur le levier en croix hydraulique. Ces dix possibilités se sont avérées suffisantes pour nos outils. Les affectations peuvent se faire avec le S10 et le Cebis mais ce dernier propose une solution beaucoup plus simple. Il faut toutefois une manipulation au préalable pour indiquer que les boutons choisis sont dédiés à l’Isobus. Il est possible de mélanger les commandes Isobus et celles du tracteur sur le joystick, ce qui est pratique. L’écran de programmation des fonctions Aux est ergonomique mais il ne faut pas moins de 8 clics pour réaliser une affectation.

La gestion des sections

La gestion des coupures de sections est confiée au terminal S10. Ce dernier peut gérer jusqu’à 32 tronçons. Les 54 buses de notre pulvérisateur ont donc été regroupées afin de former ces 32 sections. Le S10 affiche les tronçons en haut, à gauche de l’écran. Lorsque la section est ouverte, elle s’affiche en vert, sinon elle reste en rouge. Auto apparaît lorsque le chauffeur active la coupure automatique des tronçons. Lorsque nous l’utilisons avec le pulvérisateur, le S10 combine les 32 sections individuelles­ en 12 segments, pour un affichage plus clair. Les sections combinées sont affichées au-dessus de chaque segment.

Sur la carte, la zone traitée s’affiche en vert. Si les sections sont désactivées, on peut le voir sur cette carte. Différentes couleurs illustrent les différents taux d’application. Le S10 affiche même la dose cible et la dose réelle épandue, ce que nous avons apprécié.

Pour importer des données et des cartes, une explication est nécessaire au préalable. Nous avons travaillé avec des fichiers IsoXML et Shape. Le dossier importé doit toujours s’appeler TaskData, sinon le système ne peut pas importer les données.

Claas propose une visualisation très complète de la carte de modulation, avec affichage des sections ouvertes et des doses épandues.