Depuis l'abdication du roi Citroën C15, nombreux sont les véhicules utilitaires légers à prétendre au trône de l'utilitaire agricole. Une dizaine de fourgons dotés d'une caisse affichant un volume voisin de 3 m³ se disputent le marché agricole.

Nous avons réuni cinq prétendants prêts à ferrailler dans la ferme expérimentale de Grignon qui nous accueillait pour ce comparatif. Le Citroën Berlingo, le Fiat Doblo, l'Opel Combo, le Renault Kangoo et le Volkswagen Caddy ont répondu présent.

Ford et Peugeot n'ont pas pu nous prêter de Transit Connect ni de Partner. Nous n'avons pas convié Toyota et Nissan. Avec leur caisse supérieure à 4 m³, leurs Hiace et N200 concourent dans la catégorie supérieure.

Cinq utilitaires légers menés à la dure.

Cinq combattants aux armes différentes

Nous avons commandé à chaque constructeur le modèle avec le moins d'options et animé par un moteur Diesel développant moins de 100 ch. Les parcs pour la presse contenant peu de véhicules utilitaires, nous n'avons pas eu le choix des versions.

C'est pourquoi le Berlingo, le Doblo et le Kangoo du comparatif possèdent de nombreuses options improbables dans un utilitaire agricole, comme le GPS intégré à la console. Le Citroën et le Fiat mis à notre disposition ont une boîte automatique, un équipement pour lequel investiront peu d'agriculteurs.

Nous avons jugé chacun des cinq concurrents en tenant compte de leurs caractéristiques propres.

Avant d'acheter un utilitaire, il convient d'éplucher la liste des moteurs, transmissions, configurations et accessoires disponibles.

 

Lest. Nous avons chargé chaque utilitaire avec 280 kg de sacs de sable et de gravier.

Parcours. Les véhicules ont circulé sur la route et des chemins vicinaux.

Quatre épreuves

Une fois les combattants réunis, nous leur avons infligé plusieurs épreuves pratiques. Après une trentaine de kilomètres d'autoroute pour rallier le champ de bataille dans les Yvelines, direction Castorama pour les lester de sacs de sable et de gravier. Chaque caisse a accueilli un chargement de 280 kg.

Une bonne opportunité pour évaluer le comportement des véhicules en charge, mais aussi découvrir des aspects positifs et négatifs de chaque malle arrière.

Ensuite, place à l'épreuve de la circulation. Chacun des quatre essayeurs a conduit chaque utilitaire sur un circuit de 65 km tracé dans la campagne de l'Ile-de-France. Les véhicules ont affronté des lignes droites, des villages aux rues sinueuses et des routes au relief poussant leur couple et leur frein moteur dans leurs derniers retranchements.

Le plein de carburant de chaque véhicule a été fait au début, puis à la fin du parcours afin d'évaluer précisément leur consommation.

Les cinq utilitaires ont évolué sous des pluies intermittentes. A quelques menus détails près, tous ont relevé le défi haut la main.

Ce climat a pimenté le parcours dans les chemins vicinaux. Avec leurs suspensions déjà sollicitées par leur chargement, les véhicules ont circulé dans des passages plats mais escarpés, que la pluie avait recouverts d'une fine couche de boue où ils se sont montrés moins souverains. Tous ont réussi, mais certains nécessitent d'être menés prudemment pour éviter de frotter contre des aspérités.

Après la conduite, nous avons passé les utilitaires au peigne fin. L'examen de l'habitacle, de la caisse et des points d'entretien a mis en évidence des différences entre les cinq concurrents. Les cabines ne présentent pas les mêmes fonctionnalités, certaines étant plus pratiques que d'autres. De même, les caisses ne sont pas toutes aussi modulables et fonctionnelles.

Dans l'absolu, les modèles sont tous plus pratiques que le glorieux C15 et conviennent à un usage agricole. Toutefois, ce comparatif révèle une foule de particularités qui pourront faciliter la vie de l'usager, et donc guider son achat.

Le protocole

• 5 véhicules : Citroën Berlingo e-HDI 90, Fiat Doblo 90 MultiJet, Opel Combo CDTI, Renault Kangoo 1.5 dCi 85 et Volkswagen Caddy 1.6 CR TDI 75.

• Volumes de caisse : 3 à 3,40 m³.

• Charges utiles : 650 à 750 kg.

• Puissances : 75 à 90 ch.

• Transmissions : manuelle, robotisée ou automatique.

• Circuit : chaque véhicule a parcouru quatre fois un tracé goudronné de 65 km, puis 1 km dans un chemin vicinal.

• Lest : 280 kg.

Le choix de la rédaction : le Citroën Berlingo

A l'issue de notre comparatif, l'utilitaire de la marque aux chevrons gagne aux points. Le Berlingo fait la différence grâce à sa botte secrète, un excellent agencement de l'habitacle et de la caisse. Il montre aussi des qualités dans tous les autres domaines.

• La cabine regorge de rangements volumineux et pratiques. Elle est la seule du test à compter 3 sièges. La modularité des deux sièges passagers offre diverses configurations pour s'adapter à différents usages.

• La caisse est pratique. Outre une bonne modularité et des aménagements bien pensés, elle possède des accessoires comme une prise 12 volts et une lampe de poche. Gadgets pour certains, ils rendront service à d'autres.

• Le moteur et la transmission du Berlingo ne surclassent pas la concurrence. Le moteur est performant mais se révèle le plus gourmand du test. La transmission manuelle robotisée du Citroën nous paraît un peu trop sophistiquée pour un usage agricole. Nous aurions aimé conduire la version dotée d'une boîte manuelle.

• La gestion perfectible de la boîte auto et la garde au sol réduite une fois la caisse lestée sont les seuls griefs que nous avons contre ce véhicule.

Sébastien Chopin, Henri étignard, Corinne Le Gall et Nicolas Levillain (publié le 18 mai 2012)