«En 2018, il n’y a pas eu de colza sur mon exploitation, informe Jean-François Hérault, agriculteur à Brives, dans l’Indre. Cela faisait trois ou quatre ans que j’obtenais péniblement 30 q/ha avec des charges opérationnelles énormes, de l’ordre de 600 €/ha. » Mais en Champagne berrichonne, dans les terres argilo-calcaires assez superficielles, le choix des têtes d’assolement est limité...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza en baisse sur Euronext

Les prix du colza étaient en diminution vendredi 3 juillet 2020 après-midi