Originaire de la commune d’Hem-Lenglet, dans le Nord, Adrien Bodele est fils d’agriculteur. Son père est exploitant sur une ferme de 30 hectares où il cultive blé, maïs, betteraves, asperges et pommes de terre. Une partie de la production est vendue en direct, à l’image des pommes de terre qui sont proposées en sacs de 10 ou 25 kg à partir du 15 juillet.

Un essieu de 307

« On va ramasser au fur et à mesure de la demande et du stock à la ferme. Ça nous permet d’ouvrir tous les champs avant la période d’arrachage avec la machine deux rangs. Généralement, on détoure les parcelles jusqu’au 15 septembre. Pour éviter de rouler sur les premiers rangs et de les abîmer, on les récolte à la main, précise Adrien. J’en avais assez de voir mon père ramasser ces premiers rangs à la bêche, car en plus de prendre beaucoup de temps, c’était très dur physiquement. » C’est donc pour ne plus avoir à faire ce travail qu’il a fabriqué sa machine au mois de mai 2020, dans le but de l’utiliser la même année.

« J’ai récupéré l’essieu arrière d’une 307 accidentée pour former la base de mon matériel. » L’arracheuse est constituée de plusieurs éléments récupérés sur différents outils. Elle est attelée au tracteur par un triangle de déchaumeur. L’ensemble est entraîné à 540 tr/min par un cardan qui anime un boîtier de renvoi­ d’angle. Le châssis est constitué de poutres provenant d’une charpente. Le diabolo, les disques et le tapis déterreur proviennent d’une ancienne arracheuse. Ces pièces n’ont nécessité qu’une petite révision avant d’être utilisées­. Une plaque vibrante est ajoutée entre le tapis et les spires. Ces dernières­ proviennent d’une ramasseuse à oignons.

« La soudure, c’est l’étape la plus simple car j’ai mon entreprise de ferronnerie, donc l’assemblage ne m’a pris qu’une semaine. Le plus compliqué à gérer, ce sont les rapports de vitesses entre les chaînes et les pignons. Ça m’a demandé trois semaines pour que les vitesses correspondent bien au travail que je voulais. Au début, le tapis était trop lent et ne déterrait pas bien les pommes de terre », explique Adrien.

Un système pratique

Dans l’idéal, pour que la machine ramasse sans problème de bourrage, il faudrait broyer les fanes avant car elles ont tendance à se bloquer entre le tapis de déterrage et les rouleaux spires. Mais le broyeur travaille sur deux rangs et il faut ensuite récolter rapidement. Le temps nécessaire pour remplir 15 sacs de 25 kg est d’environ 2 heures. L’utilisation de cette arracheuse maison mobilise deux personnes : une dans le tracteur qui conduit, et une autre qui remplit les sacs de pommes de terre tout en gérant la machine. Un support pouvant accueillir une palette est installé sur le châssis. Cette dernière permet de stocker les sacs une fois pleins.

Des améliorations sont ajoutées sur l’outil à chaque saison afin d’accroître son rendement.

Sommaire

Concours agri-inventeurs  : Notre palmarès des 20 meilleures réalisations