L’Axion est l’un de nos deux protagonistes « made in France ». Fabriquée au Mans, la gamme des 900 comprend 5 puissances, du 920 au 960. Ainsi, ce tracteur est décliné jusqu’à 445ch. Depuis la présentation des premières versions en 2011, son design extérieur n’a pratiquement pas évolué. Bien que conçu dans l’Hexagone, cette machine porte l’ADN du fabricant allemand, et nous n’allons pas nous en plaindre, car il hérite notamment du joystick des automoteurs de récolte de la marque. Notons que le constructeur vient de dévoiler la version Stage 5 avec quelques évolutions, non présentes sur notre tracteur.

Cabine

Nous accédons en cabine assez facilement. L’escalier à 5 marches est légèrement penché et possède l’une des premières marches les plus basses du test. Il s’accompagne de plusieurs poignées de part et d’autre. La structure de la cabine à quatre montants offre une porte intégrale. L’intérieur est assez sobre, avec un siège en tissu pour le conducteur comme pour son passager. Cette matière se retrouve également sur la partie arrière de l’accoudoir. Un choix particulier qui apporte du confort mais peut s’avérer salissant.

Les commandes sont regroupées et tombent sous la main. Le volume offert est bon, même si la profondeur de la cabine reste moyenne. La visibilité sur l’extérieur est également au rendez-vous. La seule faute notable est la vitre arrière, difficile à ouvrir comme à fermer.

Moteur

L’Axion 900 hérite du 8,7 l de FPT. Il développe, sur ce modèle, 355 ch de puissance maximale. Deux régimes moteur sont mémorisables. Ils s’activent avec des touches facilement identifiables. Nous les programmons à l’aide du terminal ou par un appui long. Nous pouvons également ajuster les valeurs de 10 en 10 avec des touches + et – sur l’accoudoir. Notons que le ralenti tombe à 650 tr/min dès que nous enclenchons le frein de parking.

Transmission

Pour la transmission à variation continue CMatic, l’allemand fait appelle à une ZF-Teramatic. Elle possède quatre gammes mécaniques dont le changement s’effectue automatiquement. La Cmatic offre trois modes de conduite : à la pédale, au joystick et un mode manuel. Petite subtilité, pour gérer l’avancement en utilisant le joystick, nous devons l’activer à l’aide du bouton « mode ».

La stratégie de conduite est construite autour de trois plages de vitesses virtuelles. Nous pouvons ajuster la vitesse cible et la vitesse maximale de chacune d’elles, hormis pour la troisième, qui évolue de toutes façons sur l’intégralité des vitesses. Ces plages de travail influent sur le joystick ou la course de la pédale. Ainsi, nous aurons plus de précision si notre plage va de 0 à 10 que si elle va de 0 à 30. Par ailleurs, la réactivité de la transmission est réglable de 0,5 à 3. Nous passons d’une plage à l’autre avec deux boutons sur l’accoudoir. Nous pouvons également paramétrer des touches du joystick pour piloter cette fonction et ainsi personnaliser selon notre travail. La vitesse cible s’active ensuite depuis le joystick. La transmission est plutôt souple et ses possibilités sont exhaustives.

Relevage

Le relevage arrière de catégorie 3 possède une capacité de levage sur sa plage entière de 7,5 t. Nous l’activons avec une commande placée directement sur le joystick et bien identifiée. La touche dédiée possède les fonctions montée/descente et une commande pas à pas. La molette de position prend place sur le côté droit de l’accoudoir.

Nous devons nous tourner pour accéder aux commandes auxiliaires, placées sur le montant arrière droit. Juste au-dessus, nous avons la commande pas à pas du relevage, l’emplacement est pertinent pour une utilisation lors des phases d’attelage.

Hydraulique

Notre Axion est muni de six distributeurs à l’arrière et deux ventraux. Pour piloter le tout, quatre leviers de type finger tip sont placés juste derrière le joystick. Un levier en croix et les touches F (touches personnalisables) peuvent aussi commander des distributeurs. Ainsi, il est possible de piloter plusieurs fonctions hydrauliques depuis le joystick.

Les distributeurs sont identifiés par un code couleur que nous retrouvons en cabine sur les finger tip, dans le terminal, et sur les prises push-pull à l’arrière. Depuis le terminal, via le menu hydraulique, ou même depuis le menu principal, nous réglons facilement un débit et une temporisation pour chaque distributeur. Le menu dédié apporte plus de fonctions, comme le choix du distributeur activé depuis les commandes sur l’aile arrière ou encore la possibilité de prioriser un distributeur. Pour notre confort, les branchements hydrauliques arrière possèdent tous des manettes de décompression­.

Prise de force

Deux régimes sont présents, 1000 et 1000 Eco. Le changement est électrique, avec des commandes placées dans le montant arrière droit. L’activation s’effectue depuis l’accoudoir. Dans l’ensemble, les touches sont claires. Un mode Auto, pour coupler la prise de force avec le relevage, est activable depuis l’accoudoir. Le bouton est un peu excentré mais identifiable­.

Ponts

Le pont avant suspendu est d’origine Dana. Les quatre roues motrices ainsi que le blocage du différentiel arrière sont gérés chacun avec un bouton, placé à l’arrière de l’accoudoir. Un appui bref active le mode automatique, alors qu’un appui long enclenche le mode permanent­.

Au travail

Au travail avec nos déchaumeurs, tout se fait pratiquement depuis le joystick. Hormis un petit son pour l’activation de la vitesse cible, aucun bip ne vient troubler notre quiétude au volant de l’Axion. Pour contrôler le travail réalisé, le siège conducteur pivote sur la droite mais avec un angle limité. De plus, nous ne pouvons pas le laisser flottant, ce qui est regrettable.

Au travail comme sur la route, le tracteur est plutôt confortable et la prise en main assez rapide. Le système de plage est bien adapté pour travailler avec une vitesse en fourrière et une vitesse de travail. De plus, le grand nombre de touches personnalisables, réparties à différents endroits, offre des solutions intéressantes­.