Le 6140.4 TTV, équipé d’un moteur Tier 4 interim, a pu prendre part à cette bataille entre tracteurs Tier 4 final, car il est toujours disponible à la vente. Lancé en 2013, il se décline en 4 versions, de la boîte mécanique à la variation continue TTV. C’est cette dernière qui équipe notre Agrotron.

Moteur

La motorisation est assurée par un bloc Deutz de 4,04 l annoncé à 144 ch de puissance maximale. À la prise de force, la puissance maxi avec boost est de 130 ch. Avec une consommation de 241 g/kWh de GNR, le Deutz se classe parmi les plus économes en carburant. En revanche, il est gourmand en AdBlue avec 26 g/kWh alors que ses concurrents en Tier 4 final en consomment en moyenne 18 g/kWh.

En cabine, le chauffeur mémorise deux régimes, soit directement avec les boutons placés au pied du joystick, soit à partir du terminal. Ceux qui maîtrisent parfaitement l’iMonitor pourront aussi coupler la gestion du tandem moteur/boîte avec les fonctions hydrauliques. Sur les routes accidentées, la pédale d’accélérateur se montre un peu trop sensible.

Transmission

L’Agrotron est équipé de la boîte TTV fournie par ZF. Cette Eccom 1.3 comprend quatre plages mécaniques, dont le passage est totalement transparent pour le chauffeur. Par défaut, la boîte fonctionne en mode Auto. Le chauffeur sélectionne la vitesse cible en poussant ou en tirant le joystick à impulsions, et l’ajuste avec la molette située à l’arrière du levier. Il atteint ensuite cette dernière avec la pédale d’avancement. Le régime moteur s’adapte automatiquement. Deutz-Fahr ne propose pas de conduire uniquement avec le joystick.

À partir du terminal, le chauffeur peut sélectionner une vitesse de départ ainsi que la course de la pédale d’avancement. Deutz-Fahr offre aussi la possibilité de mémoriser deux vitesses d’avancement en marche avant et deux autres en marche arrière. Ces vitesses sont enregistrées en roulant avec les boutons sur le joystick ou directement dans le terminal.

L’agressivité de la TTV se règle au moyen d’un commutateur rotatif. Pour le superviseur de sous-régime, le chauffeur peut utiliser un autre commutateur sur l’accoudoir ou le menu correspondant dans le terminal. En réglage Eco, le régime varie entre 1 000 et 1 600 tr/min. En Power, il peut atteindre 2 100 tr/min.

La TTV propose aussi un mode Manuel ainsi qu’un mode PTO. Ce dernier s’engage automatiquement lorsque la prise de force est embrayée et adapte alors l’allure pour maintenir le régime moteur constant.

Le sens de marche s’inverse de deux manières. Tout d’abord avec le gros levier situé à gauche, au volant. Lorsque le chauffeur n’utilise pas le chargeur frontal, il peut se servir des deux boutons placés sur le joystick. Pour des raisons de sécurité, il faut toujours appuyer simultanément sur le bouton placé sous le joystick.

Deutz-Fahr propose une solution très pratique pour régler l’agressivité de l’inverseur, avec une molette à cinq positions située directement sur le levier au volant.

Relevage

L’Agrotron offre une capacité de relevage intéressante de 5 tonnes en moyenne. Avec le chargeur frontal, sa charge utile se situe autour de 2 tonnes. En cabine, il suffit d’appuyer 2 secondes sur un bouton avec un cadenas pour activer le relevage. Il se verrouille automatiquement au-delà de 20 km/h. La commande principale est située sur le joystick avec les boutons de montée, descente et arrêt. Au labour, la molette de contrôle de la profondeur s’avère très précise et son collier vert est parfait pour mémoriser la position. Les fonctions auxiliaires sont ajustées avec quatre boutons placés sur l’accoudoir. Le terminal offre des réglages supplémentaires, tels que la hauteur minimale, la vitesse de montée et la sensibilité du contrôle d’effort.

Hydraulique

Notre 6140.4 comprend trois distributeurs à l’arrière. Les performances hydrauliques sont dans la moyenne du test avec un débit de 125 l/min et 40 litres d’huile exportables. Les distributeurs sont pilotés au choix par deux molettes situées sur le joystick, un levier en croix ergonomique et trois commandes de type « bout de doigt » sur l’accoudoir. Ces dernières ont une course très longue qui surprend. Sur le terminal, le chauffeur peut affecter chaque distributeur à la commande de son choix. Une fonction très pratique permet de revenir aux réglages d’usine, une solution indispensable quand plusieurs chauffeurs utilisent le tracteur. À partir du iMonitor, nous réglons le débit dans les deux sens, la temporisation, les priorités, le fonctionnement en simple effet ou double effet et le verrouillage pour chacun des distributeurs.

Prise de force

Deutz-Fahr ne lésine pas avec les quatre régimes (540, 540 E, 1 000 et 1 000 E) proposés en standard. Le changement de régime fait appel à un levier mécanique qui se montre très capricieux, surtout pour sélectionner les régimes Eco, qui sont en bout de course. Sur le terminal, Deutz-Fahr propose de régler très simplement les points d’engagement et d’arrêt de la prise de force en fonction de la position des bras. C’est la meilleure solution.

Ponts

Deux boutons sur l’accoudoir activent le pont avant et le blocage de différentiel permanents. Pour automatiser les deux en même temps, il suffit d’activer la fonction ASM. Pour les deux paramètres, l’angle et la vitesse à partir desquels pont et différentiel s’engagent et se désengagent se règlent sur le terminal. Un jeu d’enfants.

Confort de conduite

Le pont avant Carraro suspendu et la cabine à amortissement pneumatique offrent un environnement confortable au chauffeur. Dans la cour de la ferme, le Deutz-Fahr se montre peu agile avec un diamètre de braquage de 11,63 m.

Sommaire

Test comparatif : Six tracteurs de 120 ch à l’essai