«Avec 1,3 milliard d’euros, l’Italie représente 57 % des recettes à l’exportation de la filière bovin viande française », analyse l’Idele (1). En 2020, les flux de broutards français vers la grande botte ont représenté 82 % des envois totaux, soit 952 000 têtes (+ 0,4 %/2019), d’après Anagrafe­ Zootecnica. Malgré les contraintes sanitaires, la demande italienne est restée ferme en 2020, illustrant à nouveau la dépendance réciproque du bassin naisseur français et de l’engraissement transalpin.

« Cette filière nous lie l’un à l’autre », conforte Stéphane Philibert, directeur de Parma Charolais. En effet, l’Italie est structurellement déficitaire en viande bovine. Sa production, qu’elle soit issue d’animaux nés en Italie ou importés, « ne couvre que 53 % de la consommation nationale », reprend l’Idele. « La production de biogaz, intimement liée à l’élevage, incite également les engraisseurs italiens à remplir leurs ateliers », relève Stéphane Philibert.

Si la proximité géographique et l’historique d’achat avec l’Italie offrent une place de choix aux broutards français, « il faut être conscient que le potentiel d’engraissement de notre voisin s’est restreint, alerte Benoît Albinet, directeur commercial de Deltagro Export. Entre 2010 et 2019, la consommation annuelle de viande bovine par habitant a diminué de 26 %, conduisant à une baisse des abattages de plus d’un million de têtes (veaux inclus) sur la même période. »

Toujours plus
de femelles

Autre tendance de fond, l’attrait croissant de la grande distribution italienne pour la viande de génisse. En 2020, l’Italie a importé 340 000 broutardes françaises, soit 60 % de plus qu’en 2015. « Si la France et l’Italie cherchent à absorber le même produit, ce n’est pas de bon augure pour la filière d’engraissement », prévient Hervé Chapelle, directeur de Bévimac Centre Sud. « D’où l’intérêt de communiquer davantage sur nos filières maigres pour créer d’autres opportunités de marché à l’export », ajoute Michel Fénéon, directeur administratif et financier d’Eurofeder.

(1) Dossier Économie de l’élevage de septembre 2020 sur la viande bovine en Italie.

Sommaire

Exportations de broutards : EXPORTATIONS DE BROUTARDS Ouvrir de nouveaux marchés pour les mâles Ouvrir de nouveaux marchés pour les mâles