Alors que les aides Pac 2016 devraient être payées, celles de 2015 ne sont pas toutes soldées ! Le paiement des MAEC et des aides bio est prévu pour le premier trimestre 2017. De report en report, les agriculteurs ont eu le sentiment de « se faire balader ». Et la situation sera encore chaotique toute l’année 2017, puisque les aides 2016 seront payées au compte-gouttes jusqu’au troisième trimestre.

Un chantier mal évalué

Pour les aides 2017, le ministère promet un calendrier « normal ». Or, c’était déjà une promesse pour 2016… Le chantier est d’une ampleur exceptionnelle, n’a-t-il cessé de marteler. Il a fallu, sur les injonctions de Bruxelles, remettre à plat le registre parcellaire graphique et, en même temps, intégrer la réforme de la Pac, et ainsi paramétrer de nouveaux calculs pour déterminer les surfaces admissibles ou faire converger les aides. Sans compter que la France a choisi, la même année, de régionaliser le deuxième pilier de la Pac (installation, modernisation des exploitations, lutte contre la prédation, etc.). Ces dispositifs ont nécessité des développements spécifiques qui ont alourdi encore les procédures et rallongé les délais.

Le ministère et l’agence de services et de paiement (ASP) ont mal pris la mesure de ces contraintes techniques, ce qui a contribué à brouiller la communication vers les agriculteurs et à annoncer tous les trois mois un nouveau calendrier de versement des aides Pac. Heureusement, des apports de trésorerie remboursable (ATR) ont été mis en place qui ont permis à une majorité d’exploitants de ne pas davantage creuser leur trésorerie. Là encore, le calcul a parfois été complexe et tous les agriculteurs n’ont pas été pris en compte dès la mise en œuvre du dispositif, créant de nouvelles inquiétudes et une colère vis-à-vis d’un gouvernement jugé « irresponsable ».