Nous terminons notre comparatif d'arracheuses de pommes de terre deux rangs déportés par la WM Kartoffeltechnik 8500.

L'histoire récente de WM est mouvementée. Ce constructeur allemand s'appelait à l'origine Wülhmaus et commercialisait ses matériels sous cette marque. Après des difficultés financières, l'entreprise a repris son activité sous la marque WM Kartoffeltechnik en 2003.

Depuis l'été de 2012, WM est entré dans le giron du bavarois Ropa, le spécialiste de l'arrachage de betteraves.

 

 

 

La conception de la WM est sans fioritures. De nombreux équipements sont proposés en option.

Le réglage de la profondeur d'arrachage pour les deux rangs est centralisé.

Conception générale

 

Lancée en 2006, la WM 8500 est la première arracheuse permettant une vidange de la trémie en roulant. Dans ce comparatif, elle se distingue de ses concurrents par ses organes d'arrachage situés sur la gauche du tracteur. Cette configuration peut être perturbante pour le chauffeur.

 

Du côté des organes, de nombreux équipements sont en option comme le soc central, le guidage automatique ou encore deux tapis de tamisage sur le canal.

En standard, la WM est équipée de deux secoueurs réglables à galets triangulaires en caoutchouc. Pour la préséparation, un tapis à tétines longitudinal tournant effectue la préséparation du flux de récolte directement après le tapis de tamisage.

Spécificité de la 8500, le tapis d'évacuation des rejets, proposé en option, évacue latéralement les déchets triés par le tapis à tétines longitudinal, ce qui évite de les faire tomber sur le tapis à fanes. La conception globale de la machine est solide et sans fioritures.

 

 

 

La WM peut recevoir jusqu'à quatre caméras en option.

Les commandes placées au niveau de la table de visite sont simples et sans risque d'erreur.

Poids

A vide, la WM 8500 affiche 11,05 t sur la balance. Son poids atteint 19 t avec la trémie pleine. Au total, il est possible d'embarquer 8 t de tubercules dans la machine, qui est annoncée pour une capacité de 8,35 t.

La pression au sol est la plus élevée du test sur la moyenne des deux côtés, avec 1,69 g/cm² à droite et 1,76 g/cm²à gauche. Les pneumatiques fournis en standard sont en 600/50 R 26.5 mais, pour ce test, WM avait choisi de chausser la 8500 en 800/45 R 30.5.

Qualité de l'arrachage

Sur les quatre passages de test dans des conditions différentes, la WM a toujours fourni les tubercules avec le plus grand nombre de blessures. Cette contre-performance explique donc la note de qualité de 90 sur 100, alors que ses concurrentes atteignent 93/100.

Pour la tare terre, la WM est également la moins propre, avec 3,9 %. Le pourcentage de verts se situe dans la moyenne (0,4 %). Néanmoins, même si la 8500 est moins efficace que l'AVR et la Grimme, ses performances restent d'un très bon niveau par rapport aux exigences de la féculerie.

 

 

 

Le joystick fixé à l'intérieur de la cabine contrôle la vidange de la trémie, le réglage de dévers, le guidage de l'essieu et le timon.

En standard, la WM intègre moins de tapis que la concurrence. Néanmoins, le parcours n'est pas fluide pour autant et les tubercules subissent quelques chocs importants.

Impacts

La pomme de terre électronique a été bien secouée lors de son passage dans la WM. C'est dans cette machine qu'elle a récolté le plus d'impacts, avec 368 chocs pour une moyenne de 325 sur les deux autres concurrentes.

En moyenne, le tubercule heurte 7,8 fois la machine entre l'arrachage et la vidange de la trémie.

Besoin en puissance

La 8500 est dans la moyenne, avec une consommation totale de 50,5 kW. La consommation de puissance à la prise de force est dans la tranche basse du test, avec 17,2 kW là où la Grimme consomme 24,9 kW. En revanche, la WM est la plus gourmande en traction (33 kW).

Réglages

La conception de la WM est simple et les réglages sont à l'avenant. La prise en main est donc relativement rapide. En cabine, un joystick assez rustique est installé sur l'accoudoir.

 

Deux mesures de la puissance

 

Les ingénieurs de la station d'essai ont mesuré le besoin en puissance de chaque arracheuse en traction et à la prise de force. Pour mesurer cette dernière, la manipulation consiste à installer un dynamomètre (photo ci-contre) entre la sortie de prise de force du tracteur et le boîtier d'entraînement de l'arracheuse.

Les mesures sont transmises en temps réel à un ordinateur en cabine. Pour la puissance en traction, les testeurs ont placé un dynamomètre entre deux tracteurs et mesuré la force développée.

 

Points forts Points faibles

• Grande capacité de trémie.

• Bonne visibilité sur les chaînes de nettoyage.

• Faible puissance à la prise de force.

• Groupe d'arrachage à gauche.

• Timon très court.

• Nombreux chocs sur les tubercules.