L’engouement pour l’agriculture bio n’est plus à prouver. D’après le réseau d’agriculture biologique de l’enseignement agricole Formabio, les filières les plus représentées dans l’enseignement sont le maraîchage, la polyculture-élevage puis la viticulture-œnologie. Rattachée à l’université Clermont Auvergne et VetAgro Sup, la licence pro ABCD (agriculture biologique : conseil et développement) accueille depuis 2008 une centaine d’étudiants pour les former à l’accompagnement dans la production bio. Conseils et animations aux producteurs, développement des filières, audit ou déploiement technico-commercial, cette licence a la particularité d’être dispensée dans huit sites ayant leurs propres spécificités (viticulture, élevage, grandes cultures) et leur exploitation conduite en agriculture bio. Le statut des apprenants, majoritairement issus de BTS, est varié : 50 % sont en apprentissage, 37 % en formation continue et 13 % en formation initiale. Les 16 à 32 semaines de stage en organismes certificateurs, structures de conseils ou chez les producteurs les amènent à « côtoyer leurs pairs », souligne Boris Fumanal, responsable universitaire du diplôme.

Bon taux de réussite

Arthur témoigne, il fait un stage en ferme maraîchère avec un magasin de vente. Il étudie la faisabilité technico-économique pour l’installation d’une serre, de quoi se créer un bon réseau. Boris Fumanal explique que « bien qu’ils soient minoritaires, certains élèves s’installent après un emploi de salariés agricoles ». La formation réalise de bons taux de réussite, 77 % des étudiants sont insérés six mois après leur sortie. Deux nouveaux sites à Angoulême et à la Réunion verront prochainement le jour.

A.G.