Lancée en 2012, la série M60 comprend quatre modèles de 66 à 106 ch. Même en ajoutant toutes les options disponibles au catalogue, Kubota n'atteint pas le prix limite fixé pour le test et affiche un tarif très compétitif de 62.000 euros.

Le Kubota M9960 en images et en vidéo + visite interactive de la cabine. 

FICHE TECHNIQUE

• Puissance maximale : 90 ch• Moteur : Kubota 3,8 l• Transmission semi-powershift : 36/36• Hydraulique : 69 l/min• Chargeur : Kubota

Moteur (note : 5/10)

Kubota, qui produit la plupart des organes de ses tracteurs, utilise un moteur maison de 3,8 litres de cylindrée. Annoncé à 106 ch de puissance nominale, il délivre 90 ch de puissance maximale à la prise de force. Ce moteur a la particularité de monter très haut dans les tours puisqu'il pousse cette puissance à 2.400 tr/min. Conséquence logique, la consommation à la puissance maximale est la plus importante du test. L'étude de la courbe de puissance montre que le régime le plus économe est 1.930 tr/min.

Ces résultats sont étonnants car, sur route, le moteur du Kubota s'est montré l'un des plus économes, avec 46,7 l/100 km, alors que la moyenne se situe autour de 52 litres. Sur route comme au labour, ce moteur s'est avéré « coupleux » et nerveux. En cabine, le M propose un bouton qui maintient le régime du moteur constant lorsque la charge est plus importante, en augmentant la quantité de carburant injectée.

Transmission (note : 5/10)

Kubota produit aussi sa propre boîte. Elle comporte trois gammes, six rapports mécaniques et deux rapports sous charge. Au total, le chauffeur dispose de 36 rapports dans les deux sens. Les rapports powershift se passent en souplesse au moyen d'un bouton placé sur le levier de vitesses. Sur la grille, les rapports mécaniques sont très proches les uns des autres et les changements de vitesse se passent facilement.

Le changement de gamme est un peu plus viril. La première propose les vitesses rampantes. C'est parmi les deux autres qu'on trouve les rapports de travail courants. Ils sont au nombre de huit, avec deux rapports supplémentaires très proches. Les recoupements sont bons. Il y a une position de frein de parking sur la grille du levier de vitesses. Le M est équipé d'un inverseur hydraulique doté d'une position neutre claire. La réactivité du levier est satisfaisante. Sur la route, la vitesse maximale est de 39,1 km/h..

Recoupements. La boîte propose 36 rapports, dont une dizaine dans la plage de 4 à 12 km/h. (Photo de gauche)Régimes. La sélection du régime de prise de force s'effectue à l'arrière du tracteur. (Photo de droite) 

Relevage (note : 4/10)

Le Kubota est le seul à disposer d'un relevage mécanique. L'option électronique n'est pas disponible sur ce modèle. Les commandes sont donc classiques, avec un levier pour le contrôle de profondeur et un second pour le contrôle d'effort et de position. Nous avons réussi à labourer correctement mais nous avons été gênés par la cinématique du troisième point, mal adaptée au retournement de la charrue Lemken.

Derrière, Kubota propose un réglage rapide sur les deux chandelles, ce qui n'est pas le cas chez plusieurs concurrents. Un levier placé sur l'aile droite fait office de contrôle extérieur du relevage. Enfin, la vitesse de descente des bras se règle au moyen d'une molette située derrière le siège. La capacité de relevage est de 4,4 tonnes. Il est bon de préciser que Kubota était en mesure d'ajouter un relevage avant, tout en restant dans le budget alloué.

Hydraulique (note : 6/10)

Le débit d'huile mesuré sur un distributeur est de 69 l/min, ce qui est proche de la moyenne. Kubota propose trois distributeurs, dont un est optionnel. Ils sont placés à portée de main, en tête de console et clairement identifiés par un code couleur et un numéro. Derrière, toutes les prises sont placées à gauche et avec un léger angle vers l'extérieur qui facilite le branchement des flexibles. Il est possible de régler le débit d'un distributeur grâce à une molette.

Prise de force (note : 4/10)

Le M9960 reçoit au maximum deux régimes de prise de force. Notre modèle était équipé de 540 et 540 Eco mais il est possible de monter à la place 1000 ou 1000 Eco. La sélection du régime se fait à l'extérieur de la cabine, au moyen d'un petit levier bien identifié. La prise de force s'engage avec un gros bouton jaune situé sur la console de droite. Kubota propose une commande extérieure sur les deux ailes. Il n'y a pas d'automatisme.

Ponts (note : 4/10)

L'engagement du pont avant est électrique, avec un bouton situé sur le montant de la console de droite. Pour le blocage de différentiel, Kubota a choisi une solution un peu vieillotte : la pédale au niveau du talon.

Confort de conduite (note : 5/10)

En dépit de son petit gabarit et de son empattement de 2,25 m, le Kubota à vide est confortable sur la route. Les freins et la direction sont efficaces et le clignotant dispose d'un retour automatique. Mais une fois attelé à un outil porté ou à une remorque chargée, l'empattement court devient inconfortable. Dans les plages de vitesses les plus élevées, le chauffeur est vraiment secoué. Le point fort du Kubota, c'est sa maniabilité grâce à son pont avant qui lui offre un diamètre de braquage de seulement 8,80 m.

  

Cabine (note : 5/10)

Simple et bien agencée

La cabine dominée par les plastiques beiges paraît un peu démodée mais elle bénéficie d'une bonne finition et de matériaux de qualité. Elle dispose de six montants et les armatures du milieu sont reculées, ce qui donne une bonne visibilité sur les côtés. Avec des dimensions de 139 × 128 cm, c'est la plus petite cabine du test.

La colonne de direction, dont la longueur n'est pas ajustable, s'escamote totalement grâce à une pédale, permettant au chauffeur de s'installer confortablement. Les commandes sont distribuées sur la console de droite. Tout tombe sous la main, est simple à utiliser et sans fioritures. Un bouton permet de choisir l'information à afficher sur le terminal du tableau de bord : régime de prise de force, niveau de carburant ou compteur horaire.

L'absence de toit vitré est partiellement compensée par le pare-brise panoramique arrondi sur le haut. La visibilité est bonne. Sur le M9960, la climatisation est comprise dans le prix, ce qui nous a permis de travailler au frais.

Points fortsPoints faibles

• Prix très inférieur au budget alloué.

• Compact et maniable.

• Charge admissible de 3,3 t.

• Relevage mécanique.

• Consommation.

• Seulement deux régimes de prise de force.

Test réalisé par Corinne Le Gall et Henri Etignard, avec Fritz Huiden (Boerderij), Guido Hoener, Frank Berning, Jan-Martin Kueper et Norbert Uppenkamp (Top Agrar), Oliver Mark et James Andrews (Farmers Weekly). - Images : Top Agrar et La France Agricole