Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier 3. Voir plus grand outre-Atlantique

réservé aux abonnés

 - -->
Woodlands. « En l’espace d’une cinquantaine d’années, la famille d’origine allemande à la tête de l’exploitation a transformé la forêt en grande étendue de terres cultivables. Aujourd’hui, leur surface agricole s’élève à 5 500 hectares », explique Émilien Crosnier. L’esprit pionner au sens canadien. © E. Crosnier

Émilien Crosnier a terminé ses études. Désireux de connaître autre chose avant de se lancer dans la vie active, il est parti un an sur une exploitation « gigantesque » du Canada.

«C’était le moment ou jamais. » Émilien Crosnier ne voulait pas rater l’occasion. Libéré de ses études à 22 ans et diplômé d’un BTSA Acse et d’un certificat de spécialisation « Conduite de l’élevage laitier », il décide de traverser l’Atlantique pour un séjour d’un an au Canada. « L’envie de partir pour une durée plus longue qu’un stage d’un ou deux mois me trottait dans la tête depuis quelque temps. »

6 650 têtes et 5 500 ha

Avant de travailler ou de s’installer éventuellement sur une exploitation en France, ce fils d’exploitants de la Mayenne veut découvrir autre chose. Il n’avait entendu que du bien du Canada et ne voulait pas d’une nouvelle expérience en Europe, lui qui avait déjà suivi un stage d’un mois aux Pays-Bas durant son BTSA.

Déterminé, il décide de franchir le pas. Cherchant sur internet, il tombe sur Odyssée Agri. Ce réseau propose des stages à l’étranger ainsi que des formations linguistiques accélérées. Conscient qu’il peut être difficile, sans contacts ou connaissances, de trouver une exploitation dans un pays qu’il ne connaît pas, il s’inscrit. On lui propose une exploitation grande d’un cheptel bovin de 6 650 têtes et de 5 500 hectares de surface agricole. Le gigantisme de cette ferme située à Woodlands, dans la province anglophone du Manitoba, le conquiert. Il sera hébergé sur place, avec d’autres stagiaires venus du Danemark, d’Allemagne, du Brésil ou du Nicaragua.

Premier mois difficile

Fixant son départ le 4 mars 2017, Émilien ne veut pas partir désarmé. Il se renseigne sur le prix des leçons particulières d’anglais mais déchante assez vite. « Les prix affichés étaient trop chers. La formation proposée par Odyssée Agri était la meilleure solution. » Durant deux semaines, il suivra 100 heures d’anglais intensif.

Malgré un bagage linguistique plus fourni, son premier mois est difficile. « L’adaptation à la langue ainsi que la distance avec ma famille et mes amis n’ont pas été faciles à appréhender. »

Après douze mois passés outre-Atlantique, c’est le jour de son retour, le 28 février dernier, qu’il regarde avec une grande satisfaction son expérience. « D’un point de vue personnel, ce séjour a été très riche. J’ai davantage confiance en moi aujourd’hui et je suis plus ouvert à ce qui m’entoure. » Il a aussi pu se frotter aux méthodes de production canadiennes. Et cocorico : « Nous sommes techniquement meilleurs en France ».

Odyssée Agri : un réseau pour trouver un stage à l’étranger

Destiné aux étudiants et aux jeunes actifs, Odyssée Agri a pour mission de proposer des stages agricoles à l’étranger « sur les cinq continents ». S’appuyant sur son réseau, son fondateur, Jean-Marie Poirier, présente « des stages de longue durée ou des séjours de découvertes d’une durée d’un mois jusqu’à dix-huit mois ». Deux cents jeunes sont placés chaque année. Des séjours vers le Chili, l’Inde ou des destinations moins exotiques comme le Danemark ou la Hongrie sont proposés. Le candidat est orienté vers la structure la plus adaptée à sa demande et accompagné dans ses démarches administratives. Le conseil apporté permet d’éviter de mauvaises surprises. « J’ai déjà eu l’occasion de croiser des jeunes qui partaient à l’étranger pour les moissons alors que celles-ci étaient terminées », précise Jean-Marie Poirier.

Les frais d’inscription s’élèvent à 350 euros et 380 euros pour les États-Unis et le Canada. Si le futur stagiaire le souhaite, celui-ci peut également suivre, avant son départ, une formation linguistique de 100 heures pour 800 euros.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !