«Dans le cadre de mon entreprise de fermes à façon, j’interviens sur des sites éloignés de plusieurs dizaines de kilomètres. Cette contrainte m’a orienté vers une solution alternative à mon chenillard pour mon tracteur de tête », raconte Florent Montenot, agriculteur et entrepreneur de travaux agricoles à Éringes, en Côte-d’Or.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !