FranceAgriMer a communiqué jeudi une nouvelle estimation de récolte à la mi-juillet, en léger recul (-0,4 %) par rapport aux premières évaluations opérées au début du mois.

Avec un potentiel désormais évalué à 46,48 Mhl, la prochaine récolte s'annonce plus faible en volume qu'en 2011 dans quasi tous les vignobles, sauf en Corse (+7 %, à 370.000 hl).

« Compte tenu des conditions météorologiques instables et des problèmes de maîtrise des foyers d'oïdium et de mildiou jusqu'aux vendanges, la prévision s'avère délicate », ont rappelé les services de FranceAgriMer. Il reste qu'à la mi-juillet, la récolte de 2012 s'annoncerait en baisse d'environ 8 % par rapport à 2011.

Les vendanges, plus tardives que l'an passé, sont prévues en majorité à la mi-septembre mais peuvent s'étaler jusqu'en octobre, notamment en Charentes.

Les prochaines estimations du SSP (service de la prévision et de la prospective du ministère de l'Agriculture) sont prévues au début d'août.

Du côté de l'hémisphère Sud

FranceAgriMer a profité de ce point sur les prévisions de récolte en France pour présenter un bilan des vendanges rentrées dans l'hémisphère Sud.

Les vignobles en baisse

Avec 11,4 millions d'hectolitres (Mhl), l'Argentine a souffert de conditions météorologiques défavorables. Selon les estimations communiquées par FranceAgriMer, sa récolte serait en baisse de 22 % par rapport à la moyenne triennale. L'Australie a connu une récolte de bonne qualité, estimée à 10 Mhl, mais en recul par rapport à 2011 (-11 %).

Les vignobles en hausseLe Chili a connu une année record avec 10,9 Mhl (+11 % par rapport à 2011). Quant à l'Afrique du Sud, avec 10 Mhl, la dernière vendange serait en progression de 4 % par rapport à 2011. 

(Article initialement mis en ligne sur Lavigne-mag.fr)

A.A.