Les viticulteurs toucheront moins d'aide à la restructuration pour les vignes non palissées que pour les vignes palissées. Ainsi en a décidé FranceAgriMer le 14 décembre 2011. Mais la définition retenue pour le palissage est peu contraignante : il suffit d'installer des piquets neufs et au moins un fil ou alors un échalas pour chaque pied.

Pour une restructuration individuelle, par changement de cépage, réalisée par un viticulteur qui n'est pas jeune agriculteur, la prime s'élèvera à 5.200 €/ha auxquels s'ajouteront 700 €/ha pour le palissage. Les viticulteurs auront jusqu'au 31 juillet 2012 pour faire la plantation et jusqu'au 31 mars 2013 pour installer le palissage, après quoi ils ne pourront plus demander le bénéfice de l'aide.

L'indemnité pour perte de récolte et l'aide à l'arrachage restent inchangés, de même que le complément pour l'irrigation.

Pour un jeune agriculteur, l'aide à la restructuration s'élève également à 5.200 €/ha mais l'aide au palissage grimpe à 2.000 €/ha.

Lorsque l'aide à la restructuration est demandée pour la mise en place d'un palissage, la définition du palissage devient bien plus contraignante. « Les exploitants doivent installer des piquets neufs et au moins deux fils releveurs », a décidé FranceAgriMer.

Ces nouvelles règles s'appliquent à partir de la campagne de 2011-12. Elles seront confirmées dans un arrêté dont on attend la parution au Journal officiel.

Téléchargez le communiqué de FranceAgriMer avec les tableaux des aides selon le type de plan de restructuration engagé.

Lire également notre précédent article sur l'aide à la restructuration.

B.C.