Selon le président de la Cnaoc (fédération des producteurs d'appellation d'origine), Pierre Aguilas, Bruno le Maire a annoncé mercredi lors d'une entrevue que « Nicolas Sarkozy devrait prendre une position forte » sur les enjeux d'avenir pour la filière viticole à l'occasion d'un « prochain déplacement dans une région viticole ».

Les deux hommes ont abordé la réforme de la politique de qualité et celle de la Pac lors de cette rencontre mercredi matin, avec le « sujet central de l'encadrement des plantations », précise le communiqué de la Cnaoc.

En effet, la Commission a envisagé la disparition des droits de plantation, outil de régulation majeur de la production viticole de qualité, avec la réforme de la prochaine organisation commune de marché (OCM) des produits agricoles.

Le président Aguilas a de nouveau souhaité que « les plus hautes autorités de l'Etat » s'expriment de manière urgente sur ce sujet, « comme l'a fait la chancelière (allemande) Angela Merkel » à la fin de mars devant les producteurs d'outre-Rhin.

Il a aussi demandé au ministre de l'Agriculture de « se mobiliser comme il l'a fait sur le secteur du lait pour sensibiliser (ses homologues) des autres pays producteurs » au niveau européen.

« Nous apprécions le soutien du ministre de l'Agriculture mais attendons une mobilisation à la hauteur du chemin qui reste à parcourir pour préserver les intérêts de la viticulture à Bruxelles », a-t-il martelé à l'issue de la rencontre, rapporte le communiqué.

Le président de la Cnaoc s'est aussi inquiété d'un « manque de pragmatisme » dans la mise en oeuvre du contrôle des vins AOC, et d'une « insuffisante prise en compte de la spécificité des différents secteurs (vin, lait, etc.) » dans le cadre de la réforme de la politique de contrôle des produits de qualité.

Malgré « leur soutien aux objectifs de (cette) réforme », les professionnels déplorent une dérive technocratique et une production excessive de règles par le CAC (comité d'agrément et de contrôle) de l'Inao.

« Bruno le Maire, qui s'est dit favorable à des contrôles pertinents et pas tatillons, a annoncé qu'il allait demander à l'Inao de travailler à des mesures de simplification », rapporte le communiqué.

Lire également :

B.V.