Ces actions contre les vins étrangers « représentent une faillite de l’État de droit » et « supposent une violation flagrante du marché unique, pilier fondamental de l’Union européenne », accuse un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

« Des attaques à la liberté de commerce »

Les actions concernaient les locaux d’un négociant en vin à Béziers, et le rayon des vins d’un supermarché à Narbonne. Jeudi, une nouvelle action de protestation contre les vins notamment espagnols a eu lieu à Nîmes, des dizaines de viticulteurs détruisant des bouteilles de vin dans trois supermarchés.

Devant ces « attaques à la liberté de commerce », Madrid a « fait part de sa préoccupation aux autorités françaises », indique le ministère dans son communiqué. En janvier, l’Espagne s’était déjà plainte à la Commission européenne.

AFP