Avec une production mondiale de blé en repli et une consommation qui augmente de façon exponentielle en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient, les stocks mondiaux vont être orientés à la baisse. Par ailleurs, la croissance mondiale est repartie à la hausse (pour la première année depuis la crise de 2009, elle est supérieure à 3,5 %), particulièrement en Asie (+6,5 %).

Selon Renaud de Kerpoisson, président d’Offre et Demande Agricole (ODA), ces éléments contribuent à être optimistes sur le prix du blé dans les années à venir. À plus court terme, « les agriculteurs français ont tout intérêt à stocker et à vendre leur blé après d’autres pays comme la Roumanie et les pays baltes, qui ont déjà pris une grosse part de marché en première partie de campagne », précise-t-il.

Tanguy DhelinJournaliste web
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Blé en recul, maïs toujours en hausse

Les prix de la prochaine récolte de blé reculaient le vendredi 7 mai 2021 en fin d’après-midi, tandis que le maïs poursuivait sa course folle, en raison des inquiétudes qui pèsent sur les cultures au Brésil.