Dans un communiqué de presse daté du 27 novembre 2013, FranceAgriMer retrace les quatre points abordés par son conseil spécialisé de la filière des viandes rouges lors de sa dernière réunion, le 12 novembre 2013.

Dans un premier temps, le conseil spécialisé s'est penché sur une réflexion stratégique à l'horizon de 2025, demandée par Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture. L'objectif est de « proposer des orientations et des actions concrètes pour développer la compétitivité de la filière, en combinant performance économique et écologique. » Pour le secteur bovin, soumis à une baisse de la consommation et à des perturbations du débouché italien, le conseil spécialisé souhaite « assurer des débouchés rémunérateurs, renforcer la compétitivité, structurer la filière, et maintenir durablement la production ». La production de la filière ovine poursuit son déclin en raison de « sa faible rentabilité économique, d'un manque de technicité et d'une population vieillissante. » Le conseil spécialisé propose « d'assurer le renouvellement des élevages et accroître la production, d'améliorer les performances des exploitations et la durabilité des systèmes de production, d'améliorer les performances de la filière et de préparer son avenir. »

Du côté des actualités communautaires et internationales, le conseil spécialisé a planché sur les principes de l'accord UE/Canada actés le 18 octobre dernier. « La Commission européenne doit encore communiquer aux États membres les textes précis de cet accord, note FranceAgriMer. L'entrée en vigueur ne devrait pas intervenir avant 2016. Cet accord inquiète les professionnels de la filière française, au moment où les discussions pour un accord de libre-échange avec les USA ont débuté, avec potentiellement un contingent d'importation de boeuf américain bien plus important à la clé. » L'étiquetage des viandes pour mieux informer les consommateurs fait toujours débat.

Au sujet des marchés, le conseil spécialisé constate que la production de viande de veau recule. Même tendance pour les gros bovins finis et les ovins. Les prix des broutards marquent le pas au cours des dernières semaines après une stabilité estivale.

Enfin, « le conseil spécialisé a donné un avis favorable aux projets d'arrêté et de circulaire modifiant le dispositif de cotations des veaux de boucherie. Il s'est également prononcé sur les projets d'arrêté et circulaire modifiant les modalités d'établissement des cotations des ovins de boucherie ».