« Un échange avec les représentants d'UFC-Que Choisir, dans ce contexte particulièrement difficile pour les productions animales, nous a conduit au constat commun qu'une relance de l'Observatoire des prix et des marges s'avérait indispensable et urgente », ont écrit le président de la FNSEA, Jean-Michel Lemétayer, et le président de Jeunes Agriculteurs, Jean-Michel Schaeffer, dans une lettre au président de l'Observatoire, Philippe Chalmin, diffusée lundi à la presse.

« Il nous paraît non seulement nécessaire de finaliser l'étude des prix en viande bovine qui est amorcée depuis près d'un an, mais aussi d'engager des travaux dans les viandes de volailles et de refaire un point d'évolution sur la viande porcine », détaillent les responsables syndicaux.

« Nous souhaiterions que l'ensemble de ces travaux puisse se dérouler rapidement, dans un calendrier qui nous permette d'établir un bilan d'étape d'ici au 30 juin 2011 », ajoutent-ils.

« Par ailleurs, nous suggérons d'inscrire dans l'agenda des travaux de l'observatoire, la réalisation d'un bilan des accords de modération de marges conclus au cours de l'été sur certains produits en fruits et légumes. »

« Nous avons conscience de l'ampleur de la tâche qui vous incombe, mais nous attachons une grande importance à l'action de l'Observatoire des prix et des marges pour l'émergence d'une meilleure transparence », poursuivent Jean-Michel Lemétayer et Jean-Michel Schaeffer, qui proposent à Philippe Chalmin de le rencontrer.

Le rôle de l'Observatoire des prix et des marges a été renforcé par la loi de modernisation de l'agriculture. Le spécialiste des marchés de matières premières, Philippe Chalmin, a été installé dans ses fonctions de président de cet observatoire par Bruno Le Maire, le 12 octobre 2010.

« Les productions animales sont aujourd'hui confrontées à de grandes difficultés du fait de la progression sensible de leurs coûts de production liée à l'évolution du prix des matières premières entrant dans l'alimentation des animaux », rappellent les président de la FNSEA et de JA.

« Les éleveurs de porcs, bovins et volailles, en crise pour certains depuis trois ans, attendent une hausse de leur prix d'achat au travers d'une meilleure répartition des marges entre les différents maillons de leurs filières. Rappelons à titre d'exemple qu'en quinze ans le prix payé au producteur de viande bovine est resté le même alors que le prix au consommateur a augmenté de 40 % », soulignent-ils.

Depuis plusieurs semaines, les éleveurs ont multiplié les actions, avec notamment des opérations de stickage dans les supermarchés.

Les producteurs de viande bovine ont débuté dimanche soir le blocage d'une dizaine d'abattoirs du groupe Bigard. Une rencontre entre les différents acteurs de la filière doit avoir lieu le mardi 9 novembre 2010 au ministère de l'Agriculture.

 

 

Lire également :