Des éleveurs de bovins et de porcs ont mené de nouvelles opérations d'étiquetage de la viande dans des grandes surfaces, notamment dans la Loire et le Bas-Rhin, pour dénoncer le faible niveau des prix à la production.

A Roanne (Loire), une soixantaine d'agriculteurs ont apposé, samedi, des étiquettes autocollantes jaunes sur des barquettes de viande bovine, indiquant : « Payé 2,90 euros le kilo au producteur, à qui profite la marge ? » Des opérations similaires ont été menées à Saint-Etienne et Feurs (Loire).

Les producteurs de viande bovine, qui sont 1.500 dans la Loire, réclament une hausse du prix payé au producteur de 60 centimes au kilogramme « indispensable pour qu'ils puissent vivre de leur métier », indiquent la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs (JA).

Dans le Bas-Rhin, plusieurs dizaines de producteurs de viande bovine et porcine se sont rendus samedi dans un hypermarché de l'agglomération de Strasbourg.

Les manifestants, au nombre d'une quarantaine selon la police, de « soixante à soixante-dix » selon la FDSEA, s'étaient donné rendez-vous au supermarché Auchan d'Illkirch à l'appel de la FDSEA et des JA pour une opération de « stickage » de la viande.

« Nous avons collé sur les barquettes des étiquettes avec le prix payé par les distributeurs : 2,90 euros le kilogramme pour la viande bovine et 1,10 euro pour la viande porcine », a expliqué Dominique Daul, responsable de la section bovine de la FDSEA du Bas-Rhin.

« Nous demandons une revalorisation de 60 cents pour le porc et le boeuf, afin de pourvoir vivre de notre activité, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui », a-t-il dit. Selon le responsable syndical, la marge réalisée par les distributeurs entre le prix payé aux producteurs et celui acquitté par les consommateurs est de 40 %.

Les éleveurs ont aussi distribué des tracts et vidé un rayon de viandes, en mettant la marchandise dans des chariots qu'ils ont abandonnés dans le supermarché.